Source ID:; App Source:

Débordements à l'hôtel de ville: congédiements et accusations à venir

«Il y a des gens qui ont perdu leur job et qui ne le savent pas encore.» La responsable de la sécurité publique et vice-présidente du comité exécutif à la Ville de Montréal, Anie Samson, est catégorique: des employés municipaux qui ont causé les débordements à l'hôtel de ville la semaine dernière seront congédiés.

Dans une entrevue accordée à La Presse en soirée, l'élue a affirmé que la Ville sera «intraitable» quant aux actions commises par les syndiqués. Selon elle, il y a même de fortes chances que des accusations criminelles soient portées contre des employés municipaux. «C'est clair qu'il va y en avoir. Il faut juste bien identifier les personnes», a soutenu celle qui est aussi mairesse de l'arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension.

Anie Samson ajoute que beaucoup d'enquêteurs du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) travaillent «sans relâche» pour s'assurer de boucler rapidement l'affaire. Certains ont même travaillé la fin de semaine dernière. Les conclusions de l'enquête seront connues «dans les prochains jours», a-t-elle affirmé.

Questionné plus tôt hier, le président des cols bleus de Montréal, Michel Parent, a dit que des accusations criminelles contre ses membres pourraient avoir une incidence néfaste sur la paix sociale.

«Je ne pense pas que ce ne soit rien pour aider» à stabiliser le climat social, a-t-il affirmé à La Presse alors qu'il se trouvait à l'Assemblée nationale. Il faut voir c'est quoi.»

«S'il y a des congédiements, je ne crois pas que les gens vont être ravis. Mais on va voir», a-t-il ajouté.

Michel Parent se trouvait lui-même à l'hôtel de ville le soir où des syndiqués en colère ont interrompu la séance du conseil municipal en investissant la salle où la réunion se tenait. Le leader syndical estime qu'environ 35 cols bleus étaient avec lui à ce moment-là.

Il ne craint pas d'être accusé au criminel. «Moi, je n'ai rien à me reprocher. Je me suis enregistré au conseil municipal comme à maintes reprises pour aller poser une question aux conseillers et au maire», a-t-il assuré.

Des témoins rencontrés

Les agents de sécurité de l'hôtel de ville - syndiqués avec les cols bleus - ont été interrogés par les policiers du SPVM afin de recueillir des informations sur les événements de ce soir-là.

Mais à sa connaissance, aucun des 35 syndiqués qui l'accompagnaient n'a fait face à des questions des enquêteurs. «Pas à ce que je sache», a-t-il dit.

«Dans mes membres, moi, je ne crains pas» que des congédiements soient effectués, a-t-il ajouté.

Le leader syndical en a aussi profité pour rappeler que quatre agents de sécurité présents à l'hôtel de ville ont été blessés lors des événements.

Marc Ranger, porte-parole de la Coalition syndicale pour la libre négociation, n'a pas voulu commenter le dossier. Il s'est limité à dire qu'«il n'avait pas» d'informations selon lesquelles des syndiqués auraient été interrogés par le SPVM. «Je n'ai aucun commentaire. Aucun», a-t-il ajouté.

En plus de M. Parent, les leaders syndicaux des cols blancs et des pompiers de Montréal étaient présents à la manifestation. Selon ce qu'a appris La Presse, les enquêteurs du SPVM n'ont encore rencontré aucun des trois. «Je n'ai pas été rencontré par les policiers, et à ce que je sache, aucun de mes membres non plus», soutient le président des cols blancs de Montréal, Alain Fugère.

Le président de l'Association des pompiers de Montréal, Ronald Martin, a décliné notre demande d'entrevue, mais son porte-parole nous a confirmé qu'il n'avait toujours pas donné sa version des faits aux enquêteurs.

De son côté, Denis Coderre a réitéré en point de presse hier être persuadé qu'il y aura des conséquences dans ce dossier. «C'est grave, ce qu'ils ont fait à l'hôtel de ville, et il va y avoir des conséquences. C'est une atteinte à la démocratie. En temps et lieu, je ferai des annonces», a affirmé le maire.

Rappelons que le 18 août, plus d'une centaine d'employés municipaux opposés au projet de loi 3 sur les régimes de retraite ont bruyamment fait irruption dans l'hôtel de ville pendant un peu moins d'une heure.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer