Le gouvernement du Québec demande des comptes à la Ville de Montréal pour ce qui est de la nomination des cadres dont le tiers a été fait sans appel de candidatures en 2012.

Publié le 14 févr. 2013
Kathleen Lévesque LA PRESSE

Rapport accablant sur les nominations de cadres

Le ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault aura un entretien téléphonique avec le maire de Montréal, Michael Applebaum, aujourd'hui, à 13h, concernant les «constats troublants» contenus dans le rapport annuel de la Commission de la fonction publique de Montréal tel que le révélait ce matin La Presse. «M. Gaudreault veut avoir l'heure juste. Des éclaircissements sont nécessaires», a expliqué, il y a quelques minutes, l'attaché de presse du ministre Gaudreault, Yann Langlais-Plante.

Le rapport dévastateur de la Commission de la fonction publique de Montréal doit être rendu public le 18 mars prochain lors de l'assemblée ordinaire du conseil municipal. On peut y lire que 32 %  des cadres nommés, entre janvier et juin 2012, l'ont été sans qu'il y ait d'affichage de poste. De plus, près de 80 % de ces dossiers de nomination ont été considérés non conformes à la Politique de dotation et de gestion de la main-d'oeuvre.

La Commission dénonce également les décisions administratives qui l'ont empêché d'accéder à l'information nécessaire aux vérifications qui doivent être faites par cet organisme indépendant. La Commission demeure, écrit-on dans le rapport, «le dernier rempart contre le copinage administratif ou autres formes de favoritisme ou à l'inverse, de discrimination».

Le directeur général de la Ville de Montréal, Guy Hébert, a convoqué la presse à 13h30 afin de réagir à la publication des conclusions de ce rapport.