Ils sont peut-être moins bruyants que les commerçants, mais les membres d'un club de l'âge d'or du Plateau, adeptes de bridge et de danse en ligne, sont eux aussi partis en croisade contre l'administration de Luc Ferrandez.

Gabriel Béland LA PRESSE

Armés d'une pétition et d'une lettre qu'ils ont envoyée à plusieurs élus, ils exigent que le maire de l'arrondissement revienne sur sa décision de supprimer 44 places de stationnement dans le parc Laurier, juste devant le pavillon où ils se rassemblent depuis 50 ans. La raison de leur courroux? Les aînés doivent maintenant se garer à une centaine de mètres du Centre Laurier, le chalet au milieu du parc où ils jouent aux cartes.

«Nos membres ont entre 50 et 92 ans. Les gens ont de l'usure. Certains manquent d'équilibre, d'autres sont handicapés ou en perte de mobilité, explique le président du Jardin des aînés du Plateau, Yvon Duchesne, 68 ans. L'hiver arrive et plusieurs ont peur de devoir marcher dans le parc. Ils nous disent qu'ils ne viendront plus.»

Le chemin en question s'engouffre dans le parc Laurier dans l'axe de l'avenue Christophe-Colomb, à partir de l'avenue Laurier. Il se rend jusqu'au chalet bien connu des hockeyeurs, qui y enfilent leurs patins l'hiver. Le Jardin des aînés, l'un des plus vieux clubs de l'âge d'or au Québec, s'y rassemble depuis un demi-siècle.

Le Plateau-Mont-Royal a décidé de gazonner ce chemin au printemps dernier. En attendant que ce soit fait, la chaussée a été peinte en vert, la circulation interdite et les places de stationnement supprimées. L'opération fait partie d'un plan de «réappropriation des espaces verts dans le Plateau». En mai dernier, le maire de l'arrondissement, Luc Ferrandez, a expliqué que «ce qui revient le plus souvent dans les critiques des citoyens, c'est le manque d'espaces verts».

»Un maire pour les jeunes»

Les aînés qui fréquentent le Centre Laurier aimeraient toutefois que l'arrondissement trouve un compromis, en laissant entre 5 et 10 places de stationnement pour les aînés qui ont le plus de difficulté à marcher. Jusqu'à présent, ils se sont heurtés à une fin de non-recevoir. Ils accusent l'administration Ferrandez d'âgisme.

«Vous êtes un maire pour les jeunes en bonne santé», avait lancé à M. Ferrandez une citoyenne du Plateau amatrice de bridge, Ilona Gruda, lors de la dernière réunion du conseil d'arrondissement. La dame, qui souffre d'emphysème, assure que les 250 membres du Jardin des aînés «sont très, très révoltés».

«Le maire est arrogant. Au conseil d'arrondissement, il m'a dit que les vieux qui étaient capables de gravir les escaliers pour monter au deuxième étage du Centre sont capables de traverser le parc à pied, explique Mme Gruda, âgée de 80 ans. Mais les escaliers sont déjà une difficulté, il ne faut pas en ajouter une autre.»

À l'approche de l'hiver, le Jardin des aînés a décidé de se lancer en campagne en envoyant une lettre à plusieurs élus montréalais et à la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais. Ils demandent une voie d'accès au Centre Laurier pour les voitures, afin de pouvoir déposer les aînés à mobilité réduite.

Un porte-parole de l'arrondissement a expliqué que le Plateau n'entendait pas accéder à leur demande.