Les soldats canadiens basés dans le district de Panjwaii, à l'ouest de la ville de Kandahar, en Afghanistan, ressentent les effets de la présence des combattants étrangers dans la région pour la saison estivale des combats.

LA PRESSE CANADIENNE

La commandante de l'équipe de combats à l'une des bases d'opération, la major Eleanor Taylor, estime que les soldats actuellement en poste ont eu davantage de contacts avec ces forces étrangères au cours du dernier mois que ceux du précédent groupe de bataille.

Mais elle note que l'été est généralement la période la plus occupée de l'année en raison de la présence à la fois des combattants Waziri, qui proviennent d'une région reculée du Pakistan et de celle des combattants pakistanais eux-mêmes.

Mme Taylor affirme que les villageois qui habitent près de la base vivent dans la peur à ce moment-ci de l'année et que de plus en plus de lettres de représailles sont acheminées à tous les Afghans qui travaillent en collaboration avec l'OTAN.

Elle ajoute que les talibans sont «brutaux et cruels» et ne respectent en aucun cas la morale de type nord-américain.

L'ouest de la base est une zone inoccupée que les forces de l'OTAN évitent et où les talibans demeurent libres d'aller et de venir comme ils l'entendent.