(Ottawa) Des responsables de la communauté juive ont conseillé aux synagogues canadiennes d’augmenter leur niveau de vigilance en cas d’attaque à la suite de la prise d’otages dans une synagogue du Texas ce week-end.

Publié le 17 janvier
Marie Woolf La Presse Canadienne

Les services de police de villes canadiennes, dont Toronto, ont également augmenté les patrouilles autour des synagogues et d’autres bâtiments de la communauté juive, bien qu’ils aient déclaré qu’il n’y avait actuellement aucune menace connue.

Le B’nai Brith, qui surveille l’antisémitisme et conseille la communauté juive sur les enjeux de sécurité, a conseillé aux institutions juives de prendre des précautions supplémentaires.

« Nous prenons au sérieux la possibilité d’actes de violence imitateurs », a déclaré Michael Mostyn, directeur général de B’nai Brith Canada, ajoutant que les Canadiens juifs sont confrontés à des taux disproportionnellement élevés de crimes haineux.

La prise d’otages d’une journée à la synagogue de la Congrégation Beth Israel à Colleyville, au Texas, s’est terminée samedi soir après que des agents fédéraux américains ont pris d’assaut le temple. Le preneur d’otage, dont il a été révélé plus tard qu’il était un ressortissant britannique, a été abattu.

Le rabbin Charlie Cytron-Walker a raconté à CBS News comment lui et trois autres personnes avaient été retenus captifs par le preneur d’otages armé d’une arme à feu pendant qu’ils priaient. Le rabbin a décrit comment il a finalement jeté une chaise sur le tireur et a réussi à s’échapper avec deux autres otages.

Le rabbin a déclaré que pendant l’épreuve, il s’est souvenu d’exercices en cas de tireur actif que lui et des membres de sa congrégation avaient suivis auprès du service de police de Colleyville et du FBI, indiquant que lorsque votre vie est menacée, vous devez faire tout ce que vous pouvez pour vous échapper.

Des responsables de la communauté juive canadienne se sont entretenus ce week-end avec le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, au sujet de la sécurité des membres de la communauté.

M. Mendicino a rappelé aux responsables juifs que les synagogues, les écoles et autres institutions communautaires seraient admissibles aux fonds du programme d’infrastructure de sécurité du gouvernement fédéral pour « se protéger ».

Les fonds peuvent servir à financer des améliorations à la sécurité, y compris pour les portes et les fenêtres. Il comprend jusqu’à 10 000 $ pour la formation de base du personnel en réponse aux incidents de crimes haineux.

M. Mendicino a déclaré lors des conversations qu’il avait exprimé « une grave préoccupation » et réitéré « notre soutien indéfectible ».

« La communauté juive du Canada devrait toujours se sentir en sécurité, peu importe où elle se trouve, mais surtout dans une synagogue, a déclaré M. Mendicino. À la demande des communautés locales, la police municipale a accru la surveillance dans plusieurs villes à travers le Canada. En ce moment difficile, nous devons redoubler d’efforts pour lutter contre l’antisémitisme et toutes les formes de haine. »

Le bureau du ministre a déclaré que Toronto, Ottawa et Edmonton faisaient partie des villes où la police avait augmenté les patrouilles près des édifices juifs.

Le vice-président du Centre pour les affaires israéliennes et juives, Richard Marceau, s’est dit « rassuré par le sérieux avec lequel (M. Mendicino) suit les choses, ainsi que par sa promesse de travailler avec nous pour explorer toutes les mesures visant à renforcer la sécurité des communautés juives et de toutes les communautés à risque. »

« Nous sommes également en contact permanent avec les forces de l’ordre canadiennes à tous les niveaux », a-t-il ajouté.

Un rapport de l’unité des crimes haineux de la police de Toronto a révélé qu’en 2020, les Juifs étaient le groupe le plus ciblé, devant les communautés noires, LGBTQ et sino-canadiennes.

En 2019, les Juifs ont été victimes de près de la moitié des crimes haineux motivés par la religion déclarés par la police, plus que tout autre groupe religieux, selon Statistique Canada.

La police de York enquête sur des graffitis antisémites peints ce mois-ci dans un parc de Markham. Un graffiti, qui a été effacé, montrait l’image d’un salut nazi. L’incident fait l’objet d’une enquête par un agent des crimes haineux.

La députée de Markham et ministre du Commerce international, Mary Ng, a condamné les graffitis sur Twitter.

Le député voisin de Spadina Fort York, Kevin Vuong, a également publiquement condamné les graffitis antisémites. Il a déclaré que l’antisémitisme était un problème particulier dans la région du Grand Toronto, aux côtés de la haine anti-asiatique, qui ont tous deux connu une récente recrudescence.

« Il est important que nous soyons unis pour nous exprimer », a-t-il déclaré.

« Ces actions sont totalement inacceptables et ne peuvent être tolérées, a déclaré une porte-parole de la ville de Markham dans un communiqué. En tant que ville, nous sommes déterminés à nous lever et à dénoncer toutes les formes de haine et de messages haineux. »