Daniel Weinstock sortait d’une réunion quand il a vu les messages sur son téléphone.

Yves Boisvert Yves Boisvert
La Presse

Une chronique le dénonçait comme un personnage « inquiétant » dans Le Journal de Montréal. Et un autre article disait que le ministre retirait au professeur de McGill son invitation à une conférence d’ouverture au forum sur la réforme du cours d’éthique et culture religieuse.

« Inquiétant » ? Il n’y a pas plus sympathique que Daniel Weinstock, sorte de koala géant de la conversation intelligente.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Daniel Weinstock, philosophe et professeur à l’Université McGill

Mais selon Richard Martineau, le professeur Weinstock a « proposé que des médecins québécois effectuent des “excisions symboliques” sur les jeunes filles ».

Martineau continuait en citant les propos du professeur tenus dans un colloque en 2012.

Scandaleux, j’avoue…

Seul hic : c’est faux.

Le prof Weinstock, en réalité, s’est prononcé clairement contre l’excision, sous quelque forme que ce soit.

Mais comme le veut tout bon philosophe, et comme il l’enseigne à ses étudiants, pour bien raisonner, il y a un chemin à suivre. On commence toujours par présenter le point de vue de l’autre le plus honnêtement possible avant de le contredire.

Le chroniqueur a utilisé ces extraits comme si c’était la position du professeur. Il l’insulte et interpelle directement le ministre de l’Éducation : vraiment, ce type va venir parler d’éthique dans un forum du Ministère ?

Le Ministère a paniqué. À peine la chronique imprimée, le ministre décidait que M. Weinstock n’irait plus faire une présentation de 20 minutes au forum montréalais, comme il l’avait fait à Québec.

Quelqu’un du gouvernement a-t-il communiqué avec M. Weinstock pour éclaircir cette affaire avant qu’une décision soit prise ?

Pas du tout.

En après-midi, une sous-ministre a appelé le professeur pour lui dire qu’en effet, vérification faite, il n’avait pas soutenu l’excision et avait clairement affirmé le contraire.

Mais… vous comprenez… il ne faudrait pas créer une distraction… laisser la controverse faire dévier ces discussions importantes…

Conclusion ?

Daniel Weinstock est désinvité comme conférencier d’ouverture, mais est le bienvenu comme participant !

Au bureau du ministre, on dit encore que ses propos « prêtent à confusion ».

C’est faux. Ses propos sont clairs. Il n’y a nulle controverse. Sa conférence, en passant, porte sur l’éthique, pas du tout sur la religion.

Plus insultant encore : le ministre fait dire qu’il est certain que M. Weinstock comprendra.

Comprendre quoi, au juste ? Que, sur la base de fausses accusations, le gouvernement vous coupe le sifflet, même si vous êtes une sommité internationale ?

***

Revenons un peu en arrière.

Nous sommes au Centre St-Pierre en 2012. Table ronde sur la laïcité. Le prof Weinstock est un des intervenants. Une femme dans l’assistance, Louise Mailloux, vient au micro pour lui poser une question. Elle cite longuement des extraits d’une conférence de Weinstock à l’Université de Californie à Berkeley quelques années plus tôt.

Tout ceci en passant est disponible sur YouTube.

Weinstock, qui a une réputation internationale en éthique, avait été invité à Berkeley au moment où l’Association de pédiatrie américaine s’interrogeait sur la question de l’excision. Des médecins de l’Oregon avaient été aux prises avec une vague de fillettes infectées après avoir été excisées carrément dans une cuisine avec des couteaux. Ces médecins se demandaient s’il y avait une proposition à faire à cette communauté pour pratiquer une sorte d’excision symbolique en milieu hospitalier, en préservant la santé et la capacité de jouir des femmes. Une sorte de moindre mal.

Weinstock s’est clairement opposé à ce compromis. L’association pédiatrique l’a également rejetée.

Simplement, dans sa conférence, il décrivait l’argumentaire de ces médecins – pour mieux le rejeter en conclusion.

Mme Mailloux tente de lui faire porter ces propos comme siens. Le professeur la corrige. On le voit dire « j’ouvre les guillemets », dessinant des guillemets avec ses doigts.

***

Une recherche de 15 secondes permet de trouver un texte du Huffington Post signé Weinstock qui réfute cette fausse histoire… en 2013. Il répliquait alors au prof de cégep François Doyon, qui lui reprochait la même chose que Martineau, disant qu’il pactisait avec la barbarie, en citant les mêmes extraits à contresens.

Réplique de Weinstock en 2013 : 

« Je m’oppose à ce compromis, comme l’a fait l’American Pediatric Association. Même dans sa version modérée, cette pratique reconduit des valeurs patriarcales selon lesquelles la sexualité de la femme doit être contrôlée comme condition de son éligibilité au mariage, valeurs contre lesquelles les démocraties libérales doivent se dresser. »

Clair, non ?

Le prof Doyon a reconnu son erreur et a fait la chose honorable dans les circonstances : se rétracter, présenter ses excuses : 

« Ces propos rapportés par Daniel Weinstock à la conférence de Berkeley en 2008 sont la description d’une proposition qu’il rejette, bien qu’il puisse comprendre et respecter le fait que certains médecins puissent la trouver raisonnable. Attribuer ces propos à Weinstock n’était pas justifié. J’avais mal compris les propos de Weinstock et je suis sincèrement désolé de les avoir incorrectement rapportés dans mon article.

« Je vous prie d’accepter toutes mes excuses. »

L’erreur est humaine. Affaire classée.

Presque !

***

Voilà que ressurgissent, sur les mêmes bases délirantes, les mêmes accusations mensongères. Pas sur Facebook. Pas dans un obscur site. Dans un journal.

Martineau cite les fameux passages, qui représentent la position des médecins de l’Oregon, position OPPOSÉE à celle du professeur Weinstock : « Nous faisons la circoncision des garçons juifs et musulmans. Est-ce que nous pourrions proposer à cette communauté de faire quelque chose qui aurait pour impact de n’imposer aux fillettes qu’une marque ?

« Pourrions-nous proposer cela à la communauté musulmane pour éviter le pire ? »

Il n’a jamais appuyé ça, encore moins proposé ça aux médecins d’ici.

***

À l’heure où je vous écris, 36 heures après la publication, et malgré une mise en demeure, je n’ai vu aucun rectificatif.

« Sur le plan personnel, je suis furieux, mais j’essaie de faire la part des choses, me dit Daniel Weinstock au téléphone. Une erreur à l’époque, c’est une chose, elle a été corrigée. Mais six ans plus tard ? Je ne le prends pas. Sur le plan politique, surtout, je suis terriblement inquiet. C’est étourdissant d’un point de vue démocratique que le fondement d’une décision politique soit un article erroné, qu’on peut vérifier facilement. »

Il n’a pas perdu son poste. Ni son salaire. Mais on l’a humilié sans raison. On a officiellement jugé « controversé » sous des prétextes erronés un homme à la réputation impeccable, qui a passé sa vie adulte à réfléchir aux questions éthiques et qui s’est toujours fait un devoir de s’engager généreusement dans les débats de son époque.

Si quelqu’un ne méritait pas ça, ce fiel, tout ce déversement toxique, c’est Daniel Weinstock.

Lisez l’article « Le philosophe Daniel Weinstock se défend contre Richard Martineau »