Skieurs et amateurs de plein air étaient nombreux à dévaler les pentes des quelques montagnes qui ont déjà ouvert leurs portes au Québec, samedi, dans un contexte sanitaire bien différent. Déjà, le message des propriétaires est clair : le succès de cette saison dépendra en grande partie du comportement des clients.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

« Pour l’instant, ça se passe très bien. Les gens sont contents d’être là, donc on a une grande collaboration. Notre message, c’est que la responsabilité partagée sera très importante. Si les gens veulent skier jusqu’au printemps, c’est entre leurs mains », dit Simon Pagé, le directeur Expérience client du Sommet Saint-Sauveur.

Cet établissement, qui a ouvert ses portes il y a quelques semaines, affirme que ses règles sanitaires sont « très strictes ». « Toutes nos files d’attente, même extérieures, sont modifiées pour assurer une distanciation. On ne peut pas se permettre d’avoir des tapons de gens qui deviendraient problématiques », illustre M. Pagé.

Dans les files d’attente et les montées mécaniques, la Santé publique exige le port du couvre-visage, mais celui-ci peut prendre la forme d’un cache-col à l’extérieur. Le port du masque est toutefois obligatoire dans les chalets. En zone rouge, les chalets ne sont accessibles que pour se réchauffer et utiliser les toilettes.

On a d’immenses terrains de jeux. C’est plus simple, surtout qu’on est dehors, mais il reste qu’on ne minimise rien.

Simon Pagé, directeur Expérience client du Sommet Saint-Sauveur

Le Mont-Tremblant, de son côté, a ouvert ses portes vendredi. La porte-parole de la station, Annique Aird, affirme que tout se déroule comme prévu jusqu’à maintenant. « Ça fait des mois qu’on travaillait là-dessus avec la Santé publique, donc on était prêts. Tout va très bien. Je pense que les gens sont aussi conscients qu’ils doivent changer leurs habitudes », estime-t-elle.

Partout dans le village du Mont-Tremblant, notamment sur la montagne, des équipes de bénévoles circulent pour sensibiliser les usagers à l’importance de suivre les consignes. « On a aussi engagé des gardiens de sécurité dans les chalets pour s’assurer que les protocoles sont suivis », explique Mme Aird. Au Mont-Vidéo en Abitibi, la directrice des opérations, Kathy Lévesque, croit que l’achalandage sera en forte hausse cette année, malgré la pandémie. « Nous avons déjà vendu autant d’abonnements aujourd’hui que lors de toute la saison dernière », confirme-t-elle. La station a aussi ouvert samedi.

Les abonnés de saison d’abord

Selon les données de l’Association des stations de ski du Québec (ASSQ), 9 des 75 stations de ski ont jusqu’ici ouvert leurs portes dans la province. Plusieurs établissements ont ouvert ce samedi, dont le Ski Montcalm, le Mont-Édouard, le Mont-Habitant et Val Saint-Côme.

« La plupart des stations ouvertes ont en réalité pris la décision d’offrir l’accès à leurs abonnés de saison temps plein, explique le président-directeur général de l’ASSQ, Yves Juneau. Notre philosophie, c’est d’y aller progressivement pour que ça se passe bien et qu’on respecte la capacité d’accueil. »

En zones rouges, on dit aux gens d’arriver en étant déjà prêts, de faire les descentes, puis de retourner à la maison. Si on le fait comme ça, il n’y aura pas de problème.

Yves Juneau, PDG de l’Association des stations de ski du Québec

Dans tous les centres de ski ouverts, l’organisation a d’ailleurs déployé une série de « capsules vidéo explicatives » qui rappellent l’ensemble des consignes, selon la zone dans laquelle on se trouve. « Il y a encore du travail à faire, conclut M. Juneau. On remarque par exemple que les gens n’ont pas encore acquis le réflexe d’amener un masque pour l’intérieur. C’est quelque chose qu’on rappelle. »