(Québec) Vous êtes congelé à l’arrêt d’autobus ? Vous pestez contre la souffleuse qui vient de refaire le banc de neige devant votre entrée ? À Québec, des politiciens ont déjà songé à une avenue pour vous dorer la pilule, ainsi que la peau. Le Québec avait des visées sur une île des Bahamas.

Denis Lessard Denis Lessard
La Presse

La « Marceloupe », un clin d’œil fugace dans un sketch du Bye Bye de 1985. On faisait référence au projet du ministre du Tourisme de René Lévesque, Marcel Léger, qui proposait de désigner Eleuthera, l’une des 700 îles des Bahamas, comme territoire québécois. Bien avant l’expression, Marcel Léger « pensait en dehors de la boîte » !

L’île d’Eleuthera, une île longue et étroite, est bordée d’un côté par la mer des Caraïbes et de l’autre par l’Atlantique. On y trouve des plages de sable rose, entourées d’eaux peu profondes. Une piscine naturelle dans les terres est peuplée de poissons tropicaux et de tortues vertes. Le site ciblé sous Marcel Léger était idyllique. Un Club Méditerranée s’est d’ailleurs installé dans cette même île depuis. Les publicités touristiques actuelles sont éloquentes : les plages offrent de « sublimes dégradés de bleu, franges infinies de sable fin, merveilles sous-marines, chaleureuse ambiance tropicale… L’image parfaite d’un paradis de vacances ».

AFP

Vue aérienne de l’île d’Eleuthera.

Une étude en bonne et due forme

Dans les classeurs du ministère québécois du Tourisme, une étude étonnamment détaillée fait l’inventaire des installations disponibles dans l’île. Une base militaire américaine désaffectée pouvait être rapidement réaffectée, la piste d’atterrissage, constellée de touffes de gazon, devait être repavée et pouvait être allongée sans problème. On convoitait une propriété de 5000 acres, le Cape Eleuthera.

« Jour après jour, il y a toujours quelqu’un qui me confie : ‟Ton père avait raison” », dit encore aujourd’hui le sondeur Jean-Marc Léger, fils du regretté ministre. 

Mon père disait que les Québécois sont le seul peuple francophone qui n’a pas de territoire dans les mers du Sud. Il avait conclu une entente avec le gouvernement des Bahamas. Le Québec aurait bénéficié d’un bail emphytéotique de 99 ans, à la condition qu’on embauche des employés locaux.

Jean-Marc Léger

On avait fait des démarches auprès de chaînes comme St-Hubert, les Auberges des Gouverneurs et Québecair, ex-compagnie aérienne québécoise. « Il y avait tout un écosystème qui apparaissait avec ce projet, observe le sondeur. Aujourd’hui, ce serait des Cage aux sports, il y aurait un casino de Loto-Québec. » 

« Mon père était très créatif, l’idée est forte, bien que complexe à attacher. À l’époque, René Lévesque était ouvert à l’idée, mais il avait demandé que le projet soit bien préparé », ajoute M. Léger. « Au Québec, chaque fois qu’une idée nouvelle est lancée, les forces du statu quo se mettent à la démolir », déplore-t-il.

Rejeté par René Lévesque

Pour Paul Arseneault, expert de la Chaire de tourisme Transat, de l’ESG UQAM, « on est un peu au pays des licornes ». « Il y avait une logique à dire que si cela nous appartenait, avec de la monnaie canadienne, il y avait une économie à faire, dit-il. Mais si on y regarde de plus près, si vous achetez un voyage à Montréal, séjour et billet d’avion, il n’y a pas de sortie de devises. »

« Je pense qu’il y aurait un enjeu pour les relations Nord-Sud. De faire une entourloupe en s’installant là-bas ne serait pas socialement acceptable », selon lui. « Je regarde mes jeunes étudiants, leur dire qu’on ferait quelque chose comme le DIX30 dans une île du Sud, il n’y a rien d’emballant », observe-t-il. Il n’y a que peu d’avantages, voire aucun pour les grands transporteurs, selon lui.

Sous-ministre adjoint au Tourisme à l’époque de Marcel Léger, Michel Archambault, longtemps associé à la Chaire de tourisme de l’UQAM, se souvient bien de la détermination du ministre dans ce projet. Le Ministère avait travaillé là-dessus pendant un an. L’objectif était de réduire le « déficit touristique » du Québec, de récupérer en partie l’argent dépensé par les vacanciers québécois dans le Sud. 

Il y avait des obstacles. Le Québec, techniquement, ne pouvait conclure d’entente avec un gouvernement étranger même si Brian Mulroney, à l’époque, avait de bonnes relations avec le gouvernement Lévesque, qui avait opté pour « le beau risque » du renouvellement du fédéralisme. 

Mais René Lévesque était mal à l’aise avec ce projet si inusité. « Il avait vite coupé court aux discussions : ‟C’est bien compliqué, on va faire rire de nous avec ça” », se souvient l’ex-sous-ministre Archambault. 

Projet déterré en 1997

Ce qui est moins connu, c’est que ce projet étonnant a connu une seconde vie. Une autre étude au ministère du Tourisme faisait, en 1997, une mise à jour du projet de Marcel Léger. 

PHOTO YANNICK FLEURY, ARCHIVES LA PRESSE

Vue de l’île d’Eleuthera.

« Une destination soleil pour le Québec » rappelle que le gouvernement bahaméen a déjà vendu certaines îles à des propriétaires privés, en 1985. « Le gouvernement des Bahamas était disposé à signer une convention de partenariat de gouvernement à gouvernement » avec le Québec. Le site aurait eu le même statut qu’une délégation du Québec à l’étranger. L’auteur, Denis V. Bachand, spéculait sur la création de 20 auberges de 60 chambres, un potentiel de 1500 emplois directs, dans l’éventualité où le projet attirait 10 % des 700 000 Québécois qui voyageaient en Floride, au Mexique ou dans les Antilles.

« L’arrivée massive des baby-boomers sur le marché des temps libres détermine un besoin sans précédent dans le domaine des vacances-soleil » – celles de courte durée autant que les séjours plus longs, affirme l’étude de 1997. 

La création d’un « pont aérien sans escale entre les deux territoires » aurait permis aux Québécois de voyager sans quitter techniquement le territoire québécois. Et de conserver la même devise, les mêmes chaînes de restaurants qu’au Québec. Le système permettait de comprimer les prix, pour les formules économiques, et n’empêchait pas de proposer des produits plus luxueux.

À défaut d’Eleuthera, suggérait cette nouvelle étude, le Québec aurait pu jeter son dévolu sur une autre île des Bahamas, Mayaguana, encore plus au sud et dotée elle aussi d’une piste d’atterrissage, mais ne comptant que 300 habitants sur 110 milles carrés. 

L’étude n’a pas connu plus de suite que la première.