(Montréal) Les opposants à la Loi sur la laïcité de l’État, connue avant son adoption comme le projet de loi 21, sont revenus à la charge dimanche après-midi en manifestant dans quatre villes du Québec.

Stéphane Blais
La Presse canadienne

À Montréal, au moins 125 personnes étaient rassemblées à la Place-Émilie-Gamelin, au centre-ville.

Aucun représentant de parti politique fédéral n’était présent, à l’exception de Zahia El-Masri, candidate du NPD.

CAPTURE D’ÉCRAN TIRÉE DU SITE WEB DE ZAHIA EL-MASRI

Zahia El-Masri

La candidate néo-démocrate dans la circonscription d’Ahuntsic-Cartierville arborait un macaron avec l’inscription #NL21 pour « non à la loi 21 », comme la plupart des manifestants.

Tout comme le chef néo-démocrate Jagmeet Singh, Zahia El-Masri s’oppose farouchement à la loi du gouvernement Legault.

« Je suis outrée, je suis ici pour dire qu’il n’y a pas de place pour une telle loi au Québec, oui on veut un Québec qui est laïc, mais un Québec laïc qui se fait d’une façon qui ne brime par les droits de la personne et les droits des femmes » a-t-elle dit à La Presse canadienne.

Même s’il s’oppose à cette loi, le NPD n’a pas l’intention d’intervenir dans les contestations judiciaires en cours pour la suspendre ou l’invalider.

Tout comme la candidate aux élections fédérales, le député de Québec solidaire Sol Zanetti a pris la parole devant les manifestants.

PHOTO ÉRICK LABBÉ, ARCHIVES LE SOLEIL

Sol Zanetti

« On a créé des fractures importantes dans le sentiment d’appartenance de Québécois de multiples origines et je suis convaincu que ce n’était pas ce que voulaient les gens qui ont voté pour cette loi et qui ont voté pour la CAQ », a indiqué le député avant d’ajouter « qu’il fallait maintenant recoller les pots et redonner espoirs que le Québec que l’on va bâtir n’aura pas besoin de loi comme celle-là ».

Le chef du Parti vert du Québec (différent du Parti vert du Canada), Alex Tyrrell, a de son côté, carrément traité le gouvernement Legault de « raciste » :

« Je trouve que c’est un gouvernement raciste, le projet de loi 21 est raciste. Car si on regarde qui est ciblé par cette loi, qui porte des signes religieux, ce sont des gens qui proviennent de minorités visibles alors c’est une loi raciste » a-t-il dit en entrevue avec La Presse canadienne.

Porter des signes religieux sans être croyant

Certains manifestants portaient des signes religieux, même s’ils n’en portent pas dans la vie de tous les jours, comme Kimberley Manning, professeure de sciences politiques à la tête de l’Institut Simone de Beauvoir de l’Université Concordia.

« Je suis chrétienne, mais d’habitude je ne porte pas de croix, mais aujourd’hui oui, car c’est un moyen d’exprimer mon opposition à loi 21 » a expliqué celle qui accuse le gouvernement de manquer de leadership et de ne pas avoir expliqué suffisamment les conséquences de la loi 21 sur certaines personnes, par exemple une femme voilée qui cherche un emploi.

Une autre manifestante, Sara Varano, qui est enseignante au cégep, a décidé d’aller encore plus loin dans sa contestation. La femme qui a grandi chez les témoins de Jéhovah et qui s’est ensuite convertie au catholicisme porte deux crucifix et une kippa (calotte portée traditionnellement par les Juifs) presque tous les jours depuis le mois d’août.

« Je me réveille le matin, et je porte toujours au moins un crucifix, et j’essaie aussi de porter ma kippa, en signe de soutiens pour les droits de tous les citoyens canadiens. »

À Québec, une manifestation a eu lieu dans le stationnement du Centre culturel islamique du Québec (CCIQ), là où a eu lieu la fusillade mortelle dans la mosquée en janvier 2017.

À Sherbrooke, les opposants à la Loi sur la laïcité de l’État se sont réunis devant les bureaux de la députée de la Coalition avenir Québec.

À Gatineau, des manifestants se sont rassemblés en face des Galeries de Hull.