Québec versera un million de dollars à la Croix-Rouge pour venir rapidement en aide aux gens qui ont vu leur résidence dévastée par les inondations, qui sont plus de 7600 dans la province.

Marie-Eve Morasse Marie-Eve Morasse
La Presse

De passage à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, où une brèche dans une digue naturelle a forcé l’évacuation rapide de 5000 personnes samedi soir, le premier ministre François Legault a annoncé la mise en place d’un protocole avec la Croix-Rouge pour pallier aux besoins les plus urgents.

« Ça va permettre d’aider pour des repas, de l’hébergement, des médicaments. Il y a des enfants qui vont avoir besoin de vêtements, parce que les gens ont dû sortir rapidement et l’école recommence demain », a expliqué le premier ministre.

Comme le niveau d’eau du lac des Deux-Montagnes continue de monter, il sera impossible « à très court terme » que les sinistrés de Sainte-Marthe-sur-le-Lac retournent à leur domicile, a expliqué le premier ministre.

« Tant que la situation n’est pas stable, et ça peut prendre de 24 à 48 heures, ce serait dangereux de retourner à la maison. Les gens de la Croix-Rouge vont s’assurer qu’on va être capable d’aider les gens à se dépanner le temps qu’ils puissent retourner chercher des effets personnels à la maison », dit François Legault. Il rappelle que l’organisation est habituée à travailler dans l’urgence.

Le premier ministre a également promis qu’il y aurait, dans un deuxième temps, « des indemnisations rapides pour des travaux à faire dans les maisons, les meubles qui ont été touchés ».

« Presque un miracle »

Vu que l’évacuation des citoyens de Sainte-Marthe-sur-le-Lac s’est faite en catastrophe, c’est « presque un miracle » que personne n’ait été blessé, a dit François Legault. « On a évacué des gens en chaise roulante dans des pick-up, c’est presque un miracle », a-t-il illustré. Il venait de s’entretenir avec la mairesse de la municipalité, Sonia Paulus, elle-même une sinistrée.

Jusqu’à maintenant, seuls 50 des 5000 personnes évacuées de cette municipalité ont fait appel aux centres d’hébergement. « Quelle belle solidarité ! Habituellement on calcule toujours qu’il y a 20 % des évacués qui ne sont pas capables de se trouver un endroit chez un ami, chez la famille. Ici c’est 1 %, ça montre comment la communauté est tissée », s’est réjoui François Legault.

Le premier ministre a en outre estimé que trois régions québécoises sont toujours à surveiller dans les prochains jours. Il s’agit de la Mauricie, des Laurentides et de l’Outaouais. «Pour le reste, ça semble sous contrôle, on a déjà atteint le peak», a expliqué François Legault.

M. Legault a par ailleurs appelé les employeurs à se montrer compréhensifs envers les sinistrés qui seront absents du travail au cours des prochains jours.