L'agglomération de Longueuil veut profiter du Plan Nord pour relancer l'aéroport de Saint-Hubert. L'administration St-Hilaire a embauché mardi un commissaire au développement aéroportuaire pour en revoir la gestion, ce qui pourrait mener à sa municipalisation.

Publié le 22 févr. 2012
Pierre-André Normandin LA PRESSE

La gouvernance de l'aéroport est au coeur d'une longue bataille judiciaire qui mine son développement, déplore la mairesse de Longueuil. Pour sortir de l'impasse, Caroline St-Hilaire a annoncé mercredi l'embauche de Rémy Désert, qui a notamment oeuvré aux aéroports de Lachute et Havre-St-Pierre, pour piloter sa relance. L'homme, qui entre en poste le 1er avril, devra autant revoir à la gouvernance, la gestion des nuisances dues au bruit, la rentabilité et le renouvellement des infrastructures.

«Quand j'ai rencontré le ministre [fédéral des Transports Denis] Lebel, il me disait vouloir aider l'aéroport, mais qu'on devait régler nos chicanes. Ce commissaire va nous donner l'occasion de régler nos chicanes et faire fonctionner l'aéroport», a indiqué la mairesse. Dans un discours prononcé devant la Chambre de commerce et d'industrie de la Rive-Sud, elle a été jusqu'à dire que «si c'est géographiquement notre aéroport, il faudrait que ça devienne juridiquement notre aéroport».

La mairesse estime que l'aéroport pourrait profiter du projet du premier ministre Charest de développer le Nord pour se développer. «Imaginons que l'aéroport de St-Hubert devienne le point de transit des marchandises et des travailleurs», a avancé Mme St-Hilaire. Elle souhaite éviter de voir la manne «glisser» vers Mirabel. «Je pense que des gens seraient intéressés à voir l'aéroport servir d'outil de développement au Plan Nord. Il y a des gens qui souhaitent s'y installer, mais on n'a pas présentement une offre intéressante.»

Mme St-Hilaire a tenu à assurer que ce développement se ferait «en harmonie avec les citoyens ayant manifesté leurs inquiétudes face au bruit». Un groupe a en effet intenté un recours collectif qui pourrait se chiffrer jusqu'à 380 millions contre l'augmentation de l'activité à l'aéroport.

Déjà des entreprises implantées à l'aéroport de St-Hubert ont dit vouloir profiter du Plan Nord pour investir dans leurs installations. Pascan Aviation a ainsi annoncé vouloir agrandir son hangar à et acheter de nouveaux appareils.

Plus pour les transports

Dans son discours, la mairesse a de nouveau plaidé pour le prolongement du métro sur la rive-sud. Pour prouver la rentabilité des lignes dites de transport en commun «lourdes», le Réseau de transport de Longueuil implantera trois lignes de Service rapide de bus (SRB), à l'instar des Rapibus de Gatineau et du Métrobus de Québec. Caroline St-Hilaire espère ainsi devancer Montréal, qui tarde à faire atterrir son projet sur le boulevard Pie-IX. Une première ligne sur le boulevard Roland-Therrien devrait ainsi voir le jour en 2013. Les deux autres qui transiteront par le boulevard Taschereau s'ajouteront deux ans plus tard.

Toujours en transport, la mairesse a indiqué que les travaux pour refaire l'échangeur donnant accès au pont Jaques-Cartier et au métro Longueuil pourraient coûter jusqu'à 150 millions $. Un nouveau pont d'étagement doit être construit tandis que le pont et le métro auront désormais leurs accès respectifs, plutôt qu'un lien commun comme à l'heure actuelle.