Bilan de la Coupe Rogers: tout près d'un record

Eugene Lapierre, directeur de la Coupe Rogers, a dressé... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Eugene Lapierre, directeur de la Coupe Rogers, a dressé un bilan plutôt positif, hier après-midi, de cette année marquée par le tournoi olympique, qui a forcé les organisateurs à devancer la présentation du tournoi canadien de deux semaines.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Même si le tournoi était disputé deux semaines plus tôt cette année, la Coupe Rogers a été un beau succès populaire avec plus de 172 000 spectateurs, un sommet mondial pour le circuit féminin.

« On savait que le changement de date aurait un impact, mais nous avons quand même approché notre record de 175 000 spectateurs pour les femmes, a expliqué le directeur du tournoi, Eugène Lapierre. Et n'eût été de la pluie le premier samedi pendant notre Week-end de la famille, nous aurions sans doute battu le record.

« Dans l'ensemble, les joueuses ont offert un superbe spectacle. Nous avons eu trois Canadiennes dans le tableau final et elles ont offert des belles performances. Aleksandra Wozniak revient lentement en forme, et Françoise [Abanda] nous a montré qu'elle peut être une joueuse du top 50. Quant à Eugenie, elle a joué deux matchs remarquables, et je continue de penser qu'elle aurait dû aller plus loin dans le tournoi. »

« Chose certaine, [Eugenie Bouchard] a joué contre [Lucie] Safarova et [Dominika] Cibulkova à un niveau qui laisse penser qu'elle peut revenir bientôt dans le top 10. »

Lapierre a aussi salué la performance de la championne Simona Halep et la présence de nombreux partisans roumains. « Les Canadiennes avaient affronté la Roumanie l'année dernière en Fed Cup et il y avait déjà eu beaucoup de Roumains à l'aréna Maurice-Richard. On s'y attendait donc un peu, et Simona est une belle championne », a-t-il rappelé.

172 000
Nombre de spectateurs qui ont franchi les tourniquets du stade Uniprix au cours de la dernière semaine, près 3000 de moins que le record absolu pour le volet féminin de la Coupe Rogers

ENCORE LES INFRASTRUCTURES

Le directeur du tournoi est revenu sur la question des infrastructures. « D'ici 10 ans, tous les grands tournois vont avoir un stade couvert, a-t-il estimé. La compétition est vive à l'international avec les autres sports. Le tennis intéresse beaucoup les grands diffuseurs, mais il faut pouvoir offrir des garanties sur les horaires et seul un toit peut nous le permettre.

« Déjà, trois tournois du Grand Chelem, deux tournois Masters 1000 et même un Masters 500 ont un toit », a souligné Lapierre. 

« Si on veut garder notre rang, il va falloir passer par là. », mentionne M. Lapierre, à propos de la nécessité d'un toit au-dessus du court central du stade Uniprix.

« Nous avons déjà souvent démontré notre capacité de réagir et ce serait bien, pour une fois, de prendre un pas d'avance au lieu d'attendre d'avoir un fusil sur la tempe !

« Nous n'avons pas encore de projet concret pas d'échéancier, mais c'est quelque chose auquel on pense. Et quand ce sera un projet, je peux vous assurer que les premiers à qui nous le montrerons, ce seront nos voisins du quartier, qui seront consultés et qui auront leur mot à dire. »

2020

La prochaine échéance olympique, qui entraînera encore un changement de date pour la Coupe Rogers. Eugène Lapierre préférerait que le tournoi, présenté après les Jeux en 2012, puis avant ceux de Rio cette année, ait lieu avant les Jeux de Tokyo en 2020. « Mais ce sera très compliqué de régler tout ça », a-t-il estimé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer