Restrictions imposées aux médias: les autorités russes critiquées

Svetlana Kravchenko du site internet Caucasian Knot, une... (Photo Alexander Zemlianichenko, AP)

Agrandir

Svetlana Kravchenko du site internet Caucasian Knot, une journaliste locale de premier plan qui a couvert les modifications à l'environnement à Sotchi et les tactiques autoritaires des responsables locaux, a été jugée coupable d'avoir battu un garde de sécurité.

Photo Alexander Zemlianichenko, AP

Nataliya Vasilyeva
Associated Press
Sotchi

Un organisme de surveillance du journalisme international a critiqué les autorités russes pour les restrictions imposées à la couverture médiatique des préparatifs en vue des Jeux olympiques de Sotchi.

Le Comité de protection des journalistes, un organisme basé à New York, a détaillé dans un rapport la façon dont les journalistes russes et internationaux ont été harcelés et empêchés de couvrir des sujets sensibles à Sotchi, tels que l'exploitation des travailleurs migrants et les questions environnementales.

Le rapport décrit la façon dont les médias russes, contrôlés par l'État, ont ignoré des sujets cruciaux pendant que quelques journalistes locaux travaillant pour des médias indépendants étaient victimes d'une campagne de dénigrement et de harcèlement.

«Les autorités russes ont réprimé les journalistes, les défenseurs des droits civils et des militants d'une manière sans précédent depuis l'éclatement de l'Union soviétique», a précisé la coordonnatrice de l'organisme, Nina Ognianova, dans un communiqué.

Les autorités russes n'ont pas immédiatement répondu aux critiques de l'organisme.

L'Associated Press avait publié des articles l'an dernier démontrant que des journalistes locaux et des militants se retrouvaient sur la ligne de front pour avoir révélé la corruption et les problèmes environnementaux en marge des jeux.

Des mois avant le début des Jeux, des journalistes et militants ont été appréhendés et certains d'entre eux traduits en justice. Svetlana Kravchenko du site internet Caucasian Knot, une journaliste locale de premier plan qui a couvert les modifications à l'environnement à Sotchi et les tactiques autoritaires des responsables locaux, a été jugée coupable d'avoir battu un garde de sécurité.

Des groupes des droits de la peresonne, dont Human Rights Watch, ont contacté les autorités locales responsables de la campagne de harcèlement contre les journalistes et les militants. Les autorités locales affirment que les poursuites pénales contre les membres du public, y compris les journalistes, sont du ressort des agences responsables d'appliquer la loi et n'est en aucune façon politisée.

Sotchi, une station de villégiature de la mer Noire, accueillera les Jeux d'hiver du 7 au 23 février.




la boite:2450047:box

Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;
la boite:2478966:box

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer