Maxime Crépeau reste patient

Le troisième gardien de l'Impact, Maxime Crépeau.... (Photo Olivier Jean, archives La Presse)

Agrandir

Le troisième gardien de l'Impact, Maxime Crépeau.

Photo Olivier Jean, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'idée de voir Maxime Crépeau faire ses débuts dans la MLS, d'ici la fin de sa saison, a germé dans l'esprit de plusieurs partisans au cours des dernières semaines. Après tout, l'Impact a profité de la dernière ligne droite, sans enjeu, pour faire tourner son effectif et donner quelques minutes d'expérience à de jeunes joueurs.

Mais, selon le troisième gardien de l'Impact, le thème n'a pas été abordé avec le personnel d'entraîneurs. «On n'en a pas parlé même si j'espère, depuis le début de la saison, avoir une occasion. Comme tout bon professionnel, il faut rester patient. La patience est le mot d'ordre quand tu es un jeune gardien. C'est difficile de toujours attendre, mais l'opportunité va se présenter un jour et ce sera à moi de saisir ma chance», croit Crépeau.

Le numéro 40 reconnaît que la situation actuelle n'est pas facile à vivre «au niveau mental». Un rajustement sur le plan de son entraînement a d'ailleurs été effectué cette saison afin qu'il poursuive son développement malgré le manque de compétition.

«Cette année, j'ai joué pas mal de matchs dans la ligue réserve et la manière de m'entraîner a été différente par rapport à Troy (Perkins) et Evan (Bush), qui se sont partagés le temps de jeu dans la MLS. Ma charge de travail était plus lourde et j'avais aussi des séances, à Montréal, quand ils étaient sur la route. Je le sens dans mon jeu et je suis beaucoup plus à l'aise avec les gars.»

Le gardien de 19 ans a également l'option d'effectuer quelques entraînements avec l'Académie. C'est d'ailleurs au cours de l'un d'eux qu'il a subi une vilaine coupure au coude, l'obligeant à manquer quelques séances avec l'équipe première. Au mois d'août, il a également participé à une tournée au Nouveau-Brunswick avec les moins de 23 ans.

«Contre des équipes universitaires, le niveau est largement moins élevé que dans la MLS, mais un match reste un match. Il y a des situations qui sont nécessaires pour progresser. Par exemple, quand l'ailier déborde et qu'il centre, c'est quelque chose que l'on voit rarement à l'entraînement.»

Et 2015?

Il est encore trop tôt pour connaître le portrait des gardiens l'an prochain tandis que Bush, inconstant d'un match à l'autre, a vu son utilisation grimper en flèche aux dépens de Perkins. Mais si Crépeau campait encore le rôle de troisième gardien, un séjour dans la USL Pro, avec le FC Montréal, pourrait lui être profitable.

«On n'a pas eu de communication pour l'année prochaine mais, oui, l'USL Pro serait une option pour me permettre d'avoir plus de matchs. Ce n'est pas la MLS, mais ce n'est pas mal. En ligue réserve, on a joué contre Harrisburg ou Orlando, qui évoluent dans la USL Pro. C'est presque le même niveau de compétition (que la ligue réserve)», estime-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer