Samuel Morin: un colosse québécois avec ÉCJ?

Samuel Morin compare son style de jeu à... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, Archives LA PRESSE@)

Agrandir

Samuel Morin compare son style de jeu à celui de Zdeno Chara ou de Chris Pronger.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, Archives LA PRESSE@

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si vous lui demandez s'il a des chances de se tailler une place avec Équipe Canada junior (ECJ), Samuel Morin ne réfléchit pas longtemps.

«Je pense que oui. Si vous regardez les 30 gars au camp, vous remarquerez que je suis le plus gros ici, dit-il. C'est moi le plus grand, le plus gros. J'ai des chances.»

Le colosse de 19 ans, 6'7 et 210 livres est le seul défenseur du Québec invité au camp final de la sélection nationale. Il va tenter de se tailler une place à un poste où les Québécois ont eu du mal à percer dans les dernières années. Lors des 10 dernières éditions du Mondial junior, seuls 6 postes de défenseurs ont été pourvus par un Québécois, sur un total de 70 disponibles. L'année dernière, en Suède, par exemple, il n'y avait aucun Québécois à la ligne bleue.

Samuel Morin, un espoir des Flyers de Philadelphie qui évolue avec l'Océanic de Rimouski, est un défenseur à caractère défensif doté d'un bon coup de patin. «L'année dernière, il n'était pas au camp. Là, il a 19 ans et il est là. On aime beaucoup les joueurs de 19 ans qui nous apportent un aspect physique important», juge le dépisteur en chef de Hockey Canada, Ryan Jankowski.

«C'est un grand défenseur, avec une grande portée. Ce que j'aime, c'est qu'il couvre rapidement la glace parce qu'il patine bien aussi», ajoute-t-il.

Mais Morin est reconnu pour son caractère bouillant. L'année dernière, il a écopé de 121 minutes de pénalité en seulement 54 matchs. Les dirigeants d'Équipe Canada junior en sont bien conscients. «C'est un joueur physique et il doit apprendre à contrôler son côté physique, à ne pas écoper de pénalités, poursuit Jankowski. Que ce soit Nick Ritchie, Max Domi ou Samuel Morin, il faut être conscient du caractère différent de l'arbitrage dans un tournoi comme celui-là.»

À Toronto, il a été jumelé à Chris Bigras, qui faisait partie de la sélection nationale l'année dernière en Suède. Lors des deux matchs hors concours contre des joueurs universitaires samedi et hier, il a cherché à jouer simple.

Lorsqu'on lui demande à quel défenseur de la LNH il ressemble, Morin répond Zdeno Chara et Chris Pronger. «Ce ne sont pas nécessairement les plus élégants sur la glace, mais leurs jeux sont efficaces», dit le natif de Saint-Henri, près de Lévis.

Il espère maintenant qu'Équipe Canada lui fera confiance dans ce tournoi. Sinon, ce sera un autre Mondial junior sans Québécois à la ligne bleue.

Les défenseurs québécois avec Équipe Canada junior

> 2014 aucun

> 2013 Xavier Ouellet

> 2012 aucun

> 2011 Simon Després

> 2010 Marco Scandella

> 2009 aucun

> 2008 aucun

> 2007 Kristopher Letang

> 2006 Kristopher Letang et Sasha Pokulok

> 2005 aucun

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer