Volleyball Canada: l'élève succède au mentor

À moyen terme, le nouvel entraîneur de Volleyball... (PHOTO FOURNIE PAR LA FÉDÉRATION INTERNATIONALE DE VOLLEYBALL)

Agrandir

À moyen terme, le nouvel entraîneur de Volleyball Canada, Stéphane Antiga, vise avant tout une qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2020.

PHOTO FOURNIE PAR LA FÉDÉRATION INTERNATIONALE DE VOLLEYBALL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Volleyball Canada avait un immense vide à combler après le départ de Glenn Hoag, l'emblématique entraîneur québécois qui a conduit l'équipe masculine aux Jeux olympiques pour la première fois en 24 ans l'été dernier à Rio.

La cinquième place du Canada aux Jeux olympiques... (Photo Steve Deschênes, archives Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

La cinquième place du Canada aux Jeux olympiques de Rio représentait une véritable réussite et le couronnement d'une décennie de travail de Glenn Hoag (notre photo) et son équipe.

Photo Steve Deschênes, archives Le Soleil

La fédération pense avoir frappé un grand coup en procédant mercredi à l'embauche de Stéphane Antiga. Candidat pressenti depuis plusieurs semaines, le Français de 40 ans venait tout juste d'être libéré par l'équipe nationale de Pologne, qu'il a menée à un titre mondial historique à domicile en 2014.

« Ç'a été une expérience très positive avec la Pologne en dehors des résultats », a signalé Antiga, joint en France hier. « J'avais envie de diriger une nouvelle équipe nationale. J'étais donc en contact avec le Canada. Le projet m'a séduit. »

« C'est presque le seul entraîneur qu'on a approché », s'est réjoui le directeur haute performance de Volleyball Canada, Julien Boucher.

«Ça fait très longtemps qu'on se connaît. Stéphane, il en mange du volley, c'est un étudiant du sport.»

Julien Boucher

La connexion est naturelle. Hoag a coaché Antiga à ses débuts au Paris Volley, remportant ensemble la triple couronne en 2001 (Coupe de France, championnat de France et Coupe des champions d'Europe). L'entraîneur originaire de La Tuque a aussi dirigé l'attaquant-réceptionneur à titre d'adjoint avec l'équipe de France. Ils sont amis depuis et Hoag est devenu un mentor.

UN STATUT DE VEDETTE

L'un des meilleurs joueurs français de sa génération, Antiga a joué chez les professionnels pendant dix-huit années, dont les sept dernières en Pologne, où il a acquis le statut de vedette. À sa retraite, l'équipe nationale l'a embauché comme entraîneur-chef en vue du Championnat mondial disputé au pays cinq mois plus tard. À la surprise générale, la recrue a mené sa troupe vers un premier sacre en 40 ans grâce à une victoire contre le Brésil, triple championne en titre.

Fait chevalier de l'Ordre du Mérite de la République de Pologne par le président, Antiga a vu son mandat prendre fin deux ans plus tard après s'être arrêté en quart de finale à Rio (5e), un résultat jugé décevant en Pologne où le volleyball fait figure de sport majeur.

À l'inverse, la cinquième place du Canada aux JO représentait une véritable réussite et le couronnement d'une décennie de travail de Hoag et son équipe. 

L'homme de 58 ans avait déjà annoncé son intention de quitter ses fonctions pour se consacrer à son rôle d'entraîneur professionnel pour un club en Turquie. Il continuera cependant à contribuer au programme canadien à titre de conseiller à la haute performance.

« Stéphane est allé le voir en Turquie il y a un mois, a souligné Boucher. C'est un gars intelligent. Plus il en sait, plus il veut apprendre. Glenn est aussi comme ça. »

PREMIÈRE VISITE AU CANADA

À l'image de son prédécesseur, Antiga, qui vit toujours à Varsovie avec sa femme et ses deux enfants, n'occupera pas son nouvel emploi à temps complet. Il entrera officiellement en poste le 1er mai pour les cinq mois de la saison internationale. Pour la première fois, le Canada figurera dans le groupe 1 de la Ligue mondiale.

« Ce sera très intéressant de se mesurer aux meilleures équipes du monde pendant trois semaines, en espérant se qualifier pour la phase finale à six équipes, a anticipé Antiga. Ce sera extrêmement dur. [...] Ce sera aussi un outil pour juger un peu notre niveau et voir ce qu'il nous reste à faire pour être capables de rivaliser contre les meilleures équipes. »

S'il n'a encore jamais mis les pieds au Canada, Antiga n'est pas sans savoir que le volleyball n'y a pas la même résonance qu'en Europe. « C'est un pari intéressant d'essayer de le développer », a dit celui qui n'exclut pas un jour de s'installer à temps plein au centre national de Gatineau. « Ça passe par les résultats. Il faut essayer de maintenir, de confirmer. Les résultats de l'équipe première, c'est la locomotive du volley. »

À moyen terme, il vise avant tout une qualification pour les JO de Tokyo en 2020. Il a déjà commencé à prendre des notes, ayant passé les derniers jours au centre national de Montpellier, où une quinzaine de jeunes joueurs canadiens de 17 à 24 ans participent à un camp.

EN BREF

Stéphane Antiga 

Âge : 40 ans

Nationalité : française

309 sélections en équipe de France, capitaine de 2005 à 2010

Médaillé de bronze au Mondial 2002

1996-2014 : professionnel en France, Italie, Espagne et Pologne

2014-2016 : entraîneur-chef de l'équipe nationale de Pologne, championne du monde en 2014




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer