• Accueil > 
  • Sports 
  • > L'aventurier Frédéric Dion perd cinq records mondiaux 

L'aventurier Frédéric Dion perd cinq records mondiaux

Des erreurs faites en toute bonne foi, dit... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Des erreurs faites en toute bonne foi, dit le principal intéressé. «Je n'avais pas compris qu'en recevant un ravitaillement, ça affectait le statut solo [solitaire]», dit-il.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ulysse Bergeron

Collaboration spéciale

La Presse

L'aventurier Frédéric Dion n'a pas fracassé huit records au cours de sa récente expédition en Antarctique. Cinq records, dont ses premières mondiales, ne sont pas valides, ce qui l'oblige maintenant à se rétracter, a appris La Presse. En entrevue, il admet ne plus pouvoir prétendre à ces huit titres, mais seulement à trois. «Je n'ai pas fait mes devoirs correctement», dit-il.

Adventure Stats, l'organisation qui compile et encadre les exploits polaires, ne reconnaît pas ces réalisations à cause de l'assistance qu'il a reçue lors de son expédition. Résultat: son curriculum doit maintenant retrancher trois premières mondiales, une première nord-américaine et un record de distance.

Des erreurs faites en toute bonne foi, dit le principal intéressé. «Je n'avais pas compris qu'en recevant un ravitaillement, ça affectait le statut solo [solitaire]», dit-il.

L'aventurier conserve néanmoins ses trois records de vitesse, soit l'atteinte du pôle Sud d'inaccessibilité, sa liaison au pôle Sud géographique ainsi que celle d'une traversée de l'Antarctique en passant par le pôle d'inaccessibilité.

Quelques jours après la fin de son périple, avant qu'il revienne au pays, Adventure Stats avait informé Frédéric Dion de la situation. Un communiqué a alors été écrit par l'équipe du Québécois pour rectifier les faits. Il n'a toutefois pas été diffusé. «Ce communiqué-là, nous allons en fait l'envoyer aujourd'hui pour corriger les choses qui ne sont pas vraies.»

Des aventuriers polaires réagissent

Tom Sjögren est à la barre d'Adventure Stats. L'aventurier américano-suédois a plusieurs exploits à son actif, dont le Défi des trois pôles: pôle Sud, pôle Nord et mont Everest. À la suite des affirmations de Frédéric Dion, «plusieurs aventuriers nous ont écrit. Ils se questionnaient sur la véracité des affirmations», dit-il.

Il confirme que plusieurs records avancés n'étaient pas fondés. «Pour l'essentiel, il ne peut pas prétendre avoir fait une expédition en solitaire parce qu'il a reçu de l'assistance en changeant de traîneau, puis en mangeant lors de son passage au pôle Sud géographique», résume-t-il.

Quant au record de distance - 627 kilomètres en 24 heures et 53 minutes -, Sjögren indique simplement que la mesure utilisée pour ce type de record est 24 heures.

Si ces règles peuvent paraître strictes aux yeux des non-initiés, elles sont suivies à la lettre par les aventuriers polaires. Au fil des années, plusieurs ont dû refaire des expéditions pour pouvoir prétendre au terme de «solitaire» et atteindre leurs objectifs.

«Normalement, ce que les gens font avant de s'approprier des records et de les communiquer aux médias, c'est de nous contacter pour les valider», mentionne Sjögren.

Un exploit sans première

Le guide polaire canadien de renommée internationale Paul Landry ne cache pas sa déception: «Le problème, ce n'est pas l'aventure.» Frédéric Dion a bel et bien traversé l'Antarctique en reliant le pôle Sud et le pôle d'inaccessibilité (centre du continent) sur une distance de plus de 3000 kilomètres.

«Le problème, c'est qu'il se soit approprié des records et qu'il n'a pas contredit officiellement ce que véhiculaient les médias», note ce guide qui a participé à l'élaboration des règles d'Adventure Stats.

Il poursuit: «L'échec et le fait de ne pas atteindre un objectif n'a rien de déshonorable en soit. Au contraire, ça fait partie de l'apprentissage.» Paul Landry parle en connaissance de cause. L'aventurier montréalais détient deux pôles Sud, trois pôles Nord géographiques, un pôle Nord magnétique, des traversées du Groenland, de l'Arctique (non complété) et de l'Antarctique.

Paul Landry, qui a d'ailleurs agi comme consultant auprès de Frédéric Dion avant son départ, confie l'avoir informé de l'existence de ces règlements. À ce sujet, Frédéric Dion concède avoir lu en diagonale les quelques règlements. «Je n'ai pas bien fait mes devoirs, c'est ma plus grande erreur.»

L'enjeu des commandites

Pourquoi de telles affirmations suscitent-elles autant de réactions? Paul Landry et Tom Sjögren expliquent qu'elles peuvent avoir un impact négatif sur les autres aventuriers en rendant plus ardue la quête de commandites, pierre angulaire de la réalisation de telles expéditions.

En fonction de sa durée et des transports, une expédition en Antarctique peut coûter entre 75 000 $ et plus ou moins 250 000$. Celle de Frédéric Dion aura coûté 150 000 $.

Ces considérations financières, doublées d'ambitions personnelles, poussent des aventuriers à exagérer leurs exploits, constate Paul Landry. Les contrats qu'il fait signer à ses clients stipulent que ceux-ci ne peuvent exagérer certaines facettes de leur aventure comme le froid, les dangers des crevasses et, évidemment, les réalisations. «C'est une question d'honnêteté, de crédibilité et de respect à l'égard des autres aventuriers», dit-il en guise de conclusion.

Des exploits bien précis

Les règles d'Adventure Stats balisent les exploits polaires depuis 2001

Solitaire: un terme bien encadré

Pour pouvoir prétendre accomplir une «expédition en solitaire», il faut essentiellement répondre à deux critères: être seul et ne recevoir l'assistance de personne. Frédéric Dion a reçu de l'assistance à deux moments lors de son périple, selon les faits rapportés par ExplorersWeb, site internet qui suit ce type d'expédition. Il a tout d'abord changé de traîneau avant d'atteindre le point d'inaccessibilité et, au pôle Sud géographique, il a pu manger. Notons que l'aventurier n'a jamais caché ces faits.

Distance parcourue: 24 heures top chrono

Seule la distance réelle est retenue à des fins de record. Celle-ci se calcule d'un point A à un point B, faisant fi du kilométrage effectué entre ces deux points. Les records se calculent sur une période de 24 heures, une journée entière. Frédéric Dion soutient avoir parcouru 594 kilomètres en 24 heures. Le record est de 595 kilomètres. Il ne peut toutefois pas prétendre établir un record en allongeant la période temporelle.

L'aventurier: unique responsable de ses communications

L'aventurier est le seul tenu responsable des communications faites aux médias. Il est pour ainsi dire le chien de garde de ce qui est dit à son sujet. «L'ignorance n'est pas une excuse», peut-on dans les règlements d'Aventure Stats. «De fausses réclamations publiées sur internet peuvent entacher la réputation d'autres aventuriers [diffamation].» Des aventuriers se sont déjà exposés à des poursuites en raison d'affirmations non fondées.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • <!--StartFragment-->Chaleureux retour pour Frédéric Dion <!--EndFragment-->

    Actualités

    Chaleureux retour pour Frédéric Dion

    L'aventure de Frédéric Dion en Antarctique est maintenant bien terminée. Il a enfin pu embrasser sa conjointe et ses deux filles lundi après-midi à... »

  • L'aventure d'une vie pour Frédéric Dion

    Actualités

    L'aventure d'une vie pour Frédéric Dion

    Aventurier d'expérience et aguerri, Frédéric Dion vient de compléter ce qu'il estime être son plus grand défi jamais réalisé. Il a été confronté à... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer