Deux maladies respiratoires ont tué 3,6 millions de personnes en 2015

L'Inde fait partie des pays ayant la plus... (ARCHIVES AP)

Agrandir

L'Inde fait partie des pays ayant la plus forte concentration de personnes handicapées par la bronchopneumopathie chronique obstructive en 2015.

ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Les deux maladies respiratoires chroniques les plus courantes ont entraîné 3,6 millions de décès dans le monde en 2015, selon un décompte publié jeudi dans la revue spécialisée The Lancet Respiratory Medicine.

Environ 3,2 millions de personnes ont succombé cette année-là à la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO, incluant la bronchite chronique grave et l'emphysème), due principalement au tabagisme et à la pollution de l'air, tandis que 400 000 personnes sont mortes d'asthme.

L'asthme est deux fois plus fréquent, mais la BPCO est huit fois plus mortelle, selon l'étude.

Dans de nombreux cas, les deux maladies peuvent être traitées ou prévenues de façon peu onéreuse, mais beaucoup de malades sont souvent non ou mal diagnostiqués, ou sous traités.

La BPCO était la quatrième cause de décès dans le monde en 2015, selon l'Organisation mondiale de la santé, derrière les maladies cardiaques (neuf millions), les accidents vasculaires cérébraux (six millions) et les infections respiratoires basses (un peu plus de 3,2 millions).

L'étude dirigée par Theo Vos, de l'Institut de mesure et évaluation de la santé à l'Université de Washington, a analysé des données de 188 pays pour estimer le nombre de cas et de décès de 1990 à 2015.

Sur cette période, le nombre total de décès dus à la BPCO a augmenté de près de 12%, en raison de la croissance et du vieillissement de la population.

Les décès dus à l'asthme ont, eux, diminué de plus d'un quart mais la fréquence de cette maladie a augmenté de près de 13% au cours de la même période et atteint 358 millions.

Les pays ayant la plus forte concentration de personnes handicapées par la BPCO en 2015 étaient la Papouasie-Nouvelle-Guinée, l'Inde, le Lesotho et le Népal, selon l'étude. Pour l'asthme, les plus touchés étaient l'Afghanistan, la République centrafricaine, les Fidji, les Kiribati, le Lesotho, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et le Swaziland.

«Ces maladies ont reçu moins d'attention que d'autres maladies non transmissibles majeures comme les maladies cardiovasculaires, le cancer ou le diabète», a déploré le professeur Vos dans un communiqué.

Les pays asiatiques à revenu élevé étaient les moins touchés par la BPCO, ainsi que ceux d'Europe centrale, d'Afrique du Nord, du Moyen-Orient, d'Europe de l'Ouest et d'Amérique latine andine. Les taux d'asthme les plus bas ont été observés dans des pays d'Europe centrale et de l'Est, ainsi qu'en Chine, au Japon et en Italie.

«Cette étude rappelle à point nommé que nous devons recentrer nos efforts pour lutter contre cette maladie dangereuse», a commenté Neil Pearce, de l'Ecole d'hygiène et de médecine tropicale de Londres, à propos de l'asthme.

«Nous en savons encore très peu sur les causes de l'asthme, et pourquoi les taux augmentent dans le monde entier», a-t-il ajouté.

Le tabagisme est connu pour aggraver l'asthme, tout comme les allergènes d'intérieur ou dans la nature.

La cuisson au bois ou au charbon, cause de pollution de l'air intérieur, fait partie des principaux facteurs de risque de la BPCO, pointent les auteurs.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer