«Avancée majeure» contre les infections dans les hôpitaux

Le champignon Aspergillus fumigatus (en rouge) sécrète une... (Image fournie par l'institut de recherche du CUSM)

Agrandir

Le champignon Aspergillus fumigatus (en rouge) sécrète une molécule de sucre gluante (en vert) afin de créer un biofilm qui contribue à sa virulence. Le biofilm recouvre le champignon et lui permet de s'accrocher aux surface et tissus, le rendant difficile à éliminer et l'infection, difficile à traiter. La technologie mise au point vise à détruire les biofilms.

Image fournie par l'institut de recherche du CUSM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des chercheurs montréalais ont découvert avec des collègues torontois un remède miracle contre les infections en hôpital. Il s'agit d'une enzyme qui empêche la production d'un « biofilm », couche protectrice sécrétée par les agents pathogènes qui empêche les antibiotiques de bien fonctionner.

Donald C. Sheppard, directeur des maladies infectieuses au... (Photo fournie par l’institut de recherche du CUSM) - image 1.0

Agrandir

Donald C. Sheppard, directeur des maladies infectieuses au Centre universitaire de santé McGill (CUSM)

Photo fournie par l’institut de recherche du CUSM

« C'est une avancée majeure parce que 70 % des infections nosocomiales [contractées en établissement hospitalier] impliquent des biofilms », explique Don Sheppard, directeur des maladies infectieuses au Centre universitaire de santé McGill (CUSM), l'un des coauteurs de l'étude publiée cette semaine dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). 

« Nous avons isolé une enzyme présente dans plusieurs types de pathogènes qui favorise normalement la constitution du biofilm, et nous l'avons transformée pour qu'elle le détruise. »

Cette enzyme devient ainsi une « machine destructrice », explique Brendan Snarr, étudiant au doctorat au laboratoire du Dr Sheppard à l'institut de recherche du CUSM. Elle s'attaque aux sucres assurant la structure du biofilm. L'équipe, qui a travaillé avec des collègues de l'hôpital pour enfants de Toronto, a bon espoir de pouvoir commencer des essais cliniques chez l'humain d'ici cinq ans, ce qui pourrait mener à une utilisation dans les hôpitaux d'ici dix ans.

« Je dois constamment composer avec le problème des biofilms dans mon travail auprès des patients, dit le Dr Sheppard. Voilà une demi-douzaine d'années, nous avons commencé à étudier les biofilms pour mieux les comprendre et trouver une manière de les attaquer. Il y a quatre ans, je me suis rendu compte que des collègues d'Enfants malades faisaient des recherches sur les mêmes systèmes. Eux travaillaient sur une bactérie, Pseudomonas aeruginosa, et nous, sur un champignon, Aspergillus fumigatus. » 

ANTIBIOTIQUES

Les forces des deux équipes sont complémentaires, selon lui : celle de l'hôpital pour enfants est plus forte dans la compréhension de la structure du biofilm, celle de McGill, dans celle de la toxicité des pathogènes.

La découverte pourrait également permettre de diminuer le problème de la résistance des pathogènes aux antibiotiques. « Le biofilm est une sorte de résistance parce qu'elle protège le pathogène, dit le Dr Sheppard. Mais il permet aussi de diminuer la quantité d'antibiotiques à laquelle est exposé le pathogène. Ça augmente donc le taux de survie des souches d'agents pathogènes qui ont des mutations les rendant résistants aux antibiotiques. En diminuant l'efficacité des biofilms, on diminue aussi la résistance traditionnelle aux antibiotiques par mutations. »

En chiffres

  • 1100 patients meurent chaque année au Québec d'une infection nosocomiale
  • 10 000 cas d'infection nosocomiale se déclarent chaque année au Québec

Source : Institut national de santé publique du Québec




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer