Rester assis accélérerait le vieillissement biologique des cellules

Près de 1500 femmes âgées de 64 à... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Près de 1500 femmes âgées de 64 à 95 ans ont collaboré à l'étude. Les participantes ont répondu à des questionnaires et porté un accéléromètre pendant sept jours, 24 heures par jour, pour mesurer leur activité physique.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Les cellules des femmes âgées qui restent assises plus de dix heures par jour et qui ne font que peu d'activité physique sont huit ans plus vieilles, à un niveau biologique, que les cellules de femmes moins sédentaires, affirment des chercheurs américains.

Les scientifiques de l'Université de la Californie à San Diego ont constaté que les femmes âgées qui font moins de 40 minutes d'activité physique quotidiennement et qui sont sédentaires pendant plus de dix heures par jour ont des télomères plus courts.

Les télomères se trouvent à l'extrémité des brins d'ADN et empêchent les chromosomes de se détériorer, mais ils raccourcissent progressivement avec l'âge. L'obésité et le tabagisme, pour ne nommer que ces deux facteurs, peuvent accélérer le processus. Des télomères raccourcis ont été associés à la maladie cardiovasculaire, au diabète et à certains cancers.

L'auteur principal de l'étude, le docteur Aladdin Shadyab, a expliqué que la sédentarité semble accélérer le vieillissement des cellules, et que l'âge chronologique ne correspond pas toujours à l'âge biologique.

Près de 1500 femmes âgées de 64 à 95 ans ont collaboré à l'étude. Les participantes ont répondu à des questionnaires et porté un accéléromètre pendant sept jours, 24 heures par jour, pour mesurer leur activité physique.

Le docteur Shadyab a constaté que les télomères de femmes qui passaient de longues périodes assises n'étaient pas plus courts si elles faisaient au moins 30 minutes d'activité physique par jour, soit ce qui correspond aux normes nationales.

Les conclusions de cette étude sont publiées par le American Journal of Epidemiology.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer