• Accueil > 
  • Sciences > 
  • Médecine 
  • > C'est une «tumeur maligne» qui a tué la première femme greffée du visage 

C'est une «tumeur maligne» qui a tué la première femme greffée du visage

Isabelle Dinoire, photographiée un an après sa greffe... (Photo HO via AFP)

Agrandir

Isabelle Dinoire, photographiée un an après sa greffe du visage, en 2006.

Photo HO via AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

La Française Isabelle Dinoire, première patiente au monde greffée du visage dont le décès a été annoncé mardi, a succombé à la «récidive d'une tumeur maligne» rare qui ne peut être «scientifiquement reliée» à son traitement antirejet, a annoncé l'hôpital d'Amiens (nord) où elle était traitée.

«Au printemps 2016, lors de bilans mensuels, a été révélée une récidive d'une tumeur maligne opérée à l'été 2015, cette fois malheureusement hors de toute ressource thérapeutique», a affirmé l'établissement dans un communiqué mardi soir.

Le centre hospitalier universitaire (CHU) d'Amiens avait annoncé plus tôt mardi le décès de la patiente en évoquant simplement «une longue maladie».

Cette «tumeur rare» qui l'a emportée «ne peut être scientifiquement reliée au traitement immunosuppresseur» qu'elle suivait, a ajouté le CHU.

Les personnes greffées reçoivent des traitements qui inhibent l'activité de leur système immunitaire, pour empêcher leur organisme de rejeter organes ou tissus greffés. Mais ces traitements peuvent aussi favoriser cancers et lymphomes.

L'opération d'Isabelle Dinoire en 2005, une première mondiale, avait été une «réussite chirurgicale (...) remarquable», qui avait soulevé de grands espoirs dans le monde pour les blessés de la face, mais la patiente avait ensuite connu diverses complications, a expliqué l'hôpital.

Elle avait développé «certaines infections», «une tumeur liée à l'immunosuppression» qui avait été «traitée» et «maîtrisée», et avait subi une «diminution de la fonction rénale» ainsi que l'«apparition d'une hypertension», a-t-il détaillé.

Par ailleurs, après «deux épisodes de rejet aigu» de la greffe la première année, «elle a développé au cours de la 9e année de greffe un rejet chronique ayant conduit à une obstruction partielle des artères de son greffon et à une perte de la partie inférieure de son greffon facial en juin 2015».

Depuis novembre 2005, 36 transplantations faciales ont été réalisées dans le monde, dont 10 en France. Six patients sont depuis décédés, selon l'hôpital.

Ces opérations ont «montré que la transplantation de face donnait des résultats fonctionnels et esthétiques très supérieurs à ceux offerts par la chirurgie conventionnelle réparatrice», selon l'hôpital d'Amiens.

Toutefois, «la transplantation faciale est encore en cours d'évaluation» et «ne peut pas être considérée comme une activité de routine», a conclu l'établissement.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer