Feu vert de l'Agence américaine des médicaments pour un test sur le Zika

Le zika est transmis par le moustique Aedes... (Photothèque Le Soleil, AP)

Agrandir

Le zika est transmis par le moustique Aedes aegypti, également vecteur de la dengue et du chikungunya, et plus rarement par voie sexuelle. Le virus peut entraîner selon les experts une malformation congénitale, la microcéphalie, ainsi qu'un grave syndrome neurologique, Guillain-Barré, les deux potentiellement mortels.

Photothèque Le Soleil, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Zurich

Le géant pharmaceutique suisse Roche a annoncé lundi avoir obtenu une autorisation d'urgence des autorités sanitaires américaines pour un test de diagnostic destiné à détecter le virus Zika.

L'Agence américaine des médicaments, la Food and Drug Administration (FDA), a donné son feu vert à ce test appelé LightMix Zika rRT-PCR, bien que celui-ci ne soit pas encore homologué, en s'appuyant sur un statut réservé aux situations d'urgence, a indiqué le groupe dans un communiqué.

L'autorisation ne court que tant que les circonstances justifient son utilisation, a-t-il précisé.

« Le test LightMix Zika est un test moléculaire facile à utiliser qui permet aux professionnels de la santé de détecter rapidement le virus », a déclaré Uwe Oberlaender, la directrice de Roche Molecular Diagnostics, citée dans un communiqué.

Le virus Zika est associé en Amérique latine à une explosion de microcéphalies, une malformation grave et irréversible se caractérisant par une taille anormalement petite du crâne, ainsi qu'à des maladies neurologiques chez les adultes, dont le syndrome de Guillain-Barré.

Le moustique Aedes aegypti est considéré comme étant le vecteur principal de transmission du virus Zika.

Roche, le numéro un mondial de l'oncologie, fait partie des grands acteurs du secteur de la santé à être actif sur le segment des tests de diagnostic.

Outre ce test, il a également développé un autre test pour ce virus, le cobas Zika, actuellement utilisé dans des centres de prélèvements sanguins aux États-Unis sur la base d'un statut dit de « demande de drogue nouvelle de recherche » (DNR) qui permet de lancer la collecte et les tests d'échantillons pour le dépistage.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer