• Accueil > 
  • Sciences > 
  • Médecine 
  • > L'Université Laval va tester un vaccin anti-Zika sur l'homme, une première 

L'Université Laval va tester un vaccin anti-Zika sur l'homme, une première

« Nous sommes la première équipe au monde à... (Photo Patrice Laroche, Le Soleil)

Agrandir

« Nous sommes la première équipe au monde à avoir franchi toutes les étapes réglementaires et à obtenir l'autorisation de l'Agence américaine des médicaments (FDA) et du ministère canadien de la Santé pour le développement de ce vaccin », a relevé Gary Kobinger (photo), directeur du CRI.

Photo Patrice Laroche, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Université Laval participe à la première étude clinique sur un vaccin contre le virus Zika. Des chercheurs de l'établissement ont annoncé aujourd'hui le démarrage dans « les prochains jours » de tests sur l'homme.

« Il n'existe actuellement pas de traitement ni de vaccin contre l'infection par le virus Zika », a dit Gertrude Bourdon, présidente-directrice générale du Centre hospitalier universitaire de Québec-Université Laval, lors d'une conférence de presse. « Un premier vaccin en développement sera administré pour la première fois à des humains dans le cadre de cette étude clinique. Ce vaccin sera à l'étude dans trois centres reconnus mondialement, dont nous faisons partie. » Les deux autres centres sont aux États-Unis, à Miami, en Floride, et en Pennsylvanie.

L'essai clinique sera dirigé par Gary Kobinger, directeur du Centre de recherche en infectiologie de l'Université Laval. Le recrutement des patients est déjà commencé et se poursuivra dans les prochaines semaines.

« Nous sommes la première équipe au monde à avoir franchi toutes les étapes réglementaires et à obtenir l'autorisation de l'Agence américaine des médicaments (FDA) et du ministère canadien de la Santé pour le développement de ce vaccin », a relevé Gary Kobinger, directeur du CRI.

Le virus Zika a été identifié en 1952 en Afrique, mais il a fallu attendre le nouveau millénaire pour qu'une épidémie importante apparaisse, en Océanie. La présente épidémie, née dans le nord-est du Brésil, est de loin la plus importante, avec des centaines de milliers de cas depuis décembre 2014. L'Organisation mondiale de la santé a cessé de dénombrer les cas en avril dernier tellement ils sont nombreux. Au Canada, on recense 150 cas, dont 149 sont dus à des voyages dans des pays où les moustiques peuvent transmettre le virus, et une transmission sexuelle.

Ce virus est lié à des malformations congénitales, comme la microcéphalie du foetus à savoir un développement insuffisant du cerveau, ainsi qu'au syndrome neurologique de Guillain-Barré (SGB). Près de 1750 bébés, dont 95 % au Brésil, sont nés avec de la microcéphalie parce que leur mère était infectée par le Zika.

Plus d'une dizaine de groupes pharmaceutiques, à l'instar du français Sanofi Pasteur et de l'indien Bharat Biotech, travaillent sur un vaccin anti-Zika, d'après l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

L'OMS s'attend à une propagation « explosive » dans les Amériques, avec 3 à 4 millions de cas cette année. Au Brésil, 1,5 million de cas ont déjà été recensés.

- Avec l'AFP

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer