Découverte montréalaise sur le cancer du pancréas

À peine 8 % des patients atteints d'un cancer... (PHOTO OLIVIER JEAN, archives LA PRESSE)

Agrandir

À peine 8 % des patients atteints d'un cancer du pancréas vont survivre plus de cinq ans.

PHOTO OLIVIER JEAN, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des chercheurs montréalais ont fait une découverte importante concernant le cancer du pancréas, une maladie dont le traitement a peu progressé depuis 40 ans. Leur découverte pourrait mener à terme à la conception de nouveaux médicaments contre ce cancer relativement rare mais généralement mortel.

« Nous avons observé qu'une molécule importante pour la suppression des tumeurs dans le pancréas est moins présente quand il y a un cancer », explique Frédérick Mallette, chercheur en immuno-oncologie au centre de recherche de l'hôpital Maisonneuve-Rosemont et auteur principal d'une étude sur laquelle le chercheur et son équipe travaillent depuis plus de deux ans et qui est publiée dans la revue Cell Reports. « Nous devons maintenant comprendre ce qui mène à la baisse de l'abondance de cette molécule. »

La molécule en question s'appelle « miR-137 ». Elle sert à activer un réseau d'élimination des cellules cancéreuses dans le pancréas. Cette molécule est aussi présente dans d'autres régions du corps.

« C'est une découverte en recherche très, très fondamentale, mais elle est importante parce qu'on ne connaît pas très bien le cancer du pancréas, dit le chercheur montréalais. Il était un peu négligé, mais il est devenu un sujet chaud ces dernières années parce que le taux de survie du cancer du pancréas ne s'est pas vraiment amélioré depuis 40 ans. Et le gène qu'active miR-137 joue aussi un rôle dans d'autres cancers, comme celui du poumon. »

À peine 8 % des patients atteints d'un cancer du pancréas vont survivre plus de cinq ans. À titre de comparaison, il est de 96 % chez les personnes atteintes d'un cancer de la prostate, de 88 % dans les cas de cancer du sein et de 17 % pour les cancers du poumon, ce dernier étant l'un des plus coriaces.

La Société canadienne du cancer note par ailleurs que le taux moyen des gens qui passent le cap des cinq ans de survie est passé de 56 à 63 % pour l'ensemble des cancers de 1994 à 2008.

Est-il possible que miR-137 ne soit pas le principal coupable de la résistance très élevée du cancer du pancréas aux traitements ? « Oui, mais dans nos modèles de culture cellulaire, on a une très bonne réponse des cellules du cancer du pancréas, explique M. Mallette. Il faudra évidemment voir pour les modèles in vivo », chez la souris puis chez l'homme.

Dans l'immédiat, le chercheur et son équipe vont vérifier si certaines voies de régulation du miR137, mises au jour durant ses recherches, expliquent comment le cancer parvient à réduire cette molécule au silence.

8 %
des patients atteints de cancer du pancréas survivent plus de cinq ans
1,3 %
des Canadiens ont le cancer du pancréas durant leur vie
1300
Nombre de nouveaux cas de cancer du pancréas en 2015 au Québec
1200
Nombre de morts dues au cancer du pancréas en 2015 au Québec

Sources: Société canadienne du cancer, Université de Montréal

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer