• Accueil > 
  • Sciences > 
  • Médecine 
  • > Deux médicaments, dont l'EPO, viendraient en aide aux bébés prématurés 

Deux médicaments, dont l'EPO, viendraient en aide aux bébés prématurés

Un bébé prématuré hospitalisé en néonatalogie à l'hôpital... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Un bébé prématuré hospitalisé en néonatalogie à l'hôpital de Montréal pour enfants.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Chicago

Deux médicaments normalement utilisés dans le traitement de l'anémie semblent stimuler le développement du cerveau des bébés prématurés, selon la première étude du genre jamais réalisée.

L'érythropoïétine (EPO) et la darbépoétine stimulent le développement des globules rouges qui transportent l'oxygène dans le sang. Les substances, qui sont approuvées pour le traitement de l'anémie, ont été administrées à 53 bébés nés prématurément d'au moins un mois et qui pesaient moins de 1,3 kilo au moment de leur naissance.

Une trentaine de bébés de poids normal ont aussi participé à l'étude.

Les bébés prématurés traités avec les deux médicaments ajoutaient en moyenne 12 points à leur test de QI à l'âge de quatre ans, en comparaison aux enfants non traités, mais leur score demeurait malgré tout environ dix points inférieurs à celui des enfants nés à poids normal. Les bébés traités obtenaient une performance identique à celle des enfants de poids normal lors de tests qui mesurent la mémoire et l'impulsivité.

En classe, a illustré le docteur Michael Schreiber de l'Hôpital pédiatrique Corner de l'Université de Chicago, les enfants non traités sont ceux qui peineraient à suivre le rythme du groupe, tandis que les enfants traités s'en tireraient bien - mais pas aussi bien que les enfants nés à poids normal.

Le taux de survie des grands prématurés s'est fortement amélioré depuis 50 ans, mais les traitements médicaux pour leurs problèmes de santé ou de développement tirent de l'arrière.

Les prématurés sont incapables de fabriquer de nouveaux globules rouges et ont besoin de transfusions sanguines fréquentes.

Les deux médicaments ont été impliqués dans plusieurs scandales de dopage sportif.

Les conclusions de cette étude sont publiées dans le journal médical Pediatrics.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer