L'état du cerveau influence la façon de voter

Les participants à l'étude ayant une lésion dans... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

Les participants à l'étude ayant une lésion dans une partie du cerveauappelée le cortex orbitofrontal latéral se fondaient seulement sur l'attrait physique des candidats.

PHOTO THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Une nouvelle étude menée conjointement par des chercheuses de l'Institut neurologique de Montréal et du Centre pour l'étude de la citoyenneté démocratique, tous deux à l'Université McGill, apporte des éclaircissements sur les mécanismes du cerveau sous-jacents aux décisions que prennent les électeurs.

Il ressort de l'étude qu'une partie du cerveau appelée le cortex orbitofrontal latéral (COFL) doit fonctionner adéquatement pour que le choix des électeurs combine différentes sources d'information au sujet des candidats. Selon l'étude, une atteinte du COFL porte les gens à fonder leur vote sur de l'information plus simple, à savoir la belle apparence d'un candidat. Pour faire leur choix, des personnes en santé ou ayant une lésion au cerveau affectant d'autres parties des lobes frontaux soupesaient spontanément l'attrait physique et une évaluation de la compétence du candidat.

La nouvelle étude établit pour la première fois que le COFL est crucial à l'intégration de différents types d'information qui permettent aux gens d'en arriver à une préférence.

Le COFL semble être important dans le cas de décisions difficiles, en ce qu'il aide à choisir la meilleure des options de valeur similaire, a expliqué la neurologue Lesley Fellows, chercheuse à l'Institut neurologique de Montréal et auteure principale de l'article paru dans l'édition du 3 juin du Journal of Neuroscience

L'étude a testé des sujets avec et sans lésion affectant le COFL. Les participants ont pris part à une tâche simulée d'élection, où on les invitait à voter pour des politiciens réels, mais inconnus, seulement en fonction de leurs photographies. Devant s'imaginer en période électorale, les participants avaient à coter l'attrait physique perçu et la compétence perçue des candidats.

Les participants sans lésion au COFL semblent avoir pris leurs décisions en fonction de l'attrait physique perçu et de la compétence perçue. Bien que pouvant coter la compétence des candidats, les sujets ayant une lésion au COFL n'utilisaient pas cette information au moment de voter et se fondaient seulement sur le facteur de l'attrait physique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer