Le virus Ebola pourrait persister dans le sperme d'anciens malades

Les résultats de cette étude sur le sperme,... (PHOTO AP)

Agrandir

Les résultats de cette étude sur le sperme, entreprise après plusieurs cas de transmission sexuelle du virus par des hommes survivants à l'infection, suscitent de nouvelles inquiétudes.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola

International

Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Jean-Louis SANTINI
Agence France-Presse
Washington

Le virus Ebola pourrait persister dans le sperme de certains survivants à l'infection au moins neuf mois, soit plus longtemps que ne le pensaient les virologues, selon une recherche publiée mercredi qui montre la nécessité d'un plus long suivi médical.

Il s'agit de la première étude de ce type effectuée sur le long terme, qui montre que des fragments du virus peuvent rester durablement dans l'organisme de personnes guéries, présentant un danger pour leurs conjoints qu'ils peuvent contaminer.

Les résultats préliminaires de cette étude menée sur 93 hommes volontaires en Sierra Leone âgés de plus de 18 ans paraissent dans la revue médicale américaine New England Journal of Medicine.

«Cette étude (...) nous rappelle que malgré le fait que le nombre de cas d'Ebola continue à diminuer, les survivants et leurs familles sont toujours confrontés aux effets de la maladie», a souligné dans un communiqué Bruce Aylward, responsable de la réponse à Ebola à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

«Cette recherche apporte davantage d'indices montrant que les malades ayant survécu à Ebola ont besoin d'aide pendant les six à douze mois suivant leur guérison pour s'assurer que leurs partenaires ne sont pas exposés au virus», souligne-t-il.

Les 93 participants ont fourni des échantillons de leur sperme pendant deux à dix mois après le début de leur infection.

Le sperme de neuf de ces hommes testé durant les trois premiers mois était positif pour le virus Ebola, soit 100% du groupe.

Plus de la moitié des sujets (26 sur 40), dont le sperme a été testé entre quatre et six mois après leur maladie, était positif pour Ebola tandis que 26% (11 sur 43), dont le sperme a été testé entre sept et neuf mois après l'infection, était encore positif, révèle cette recherche menée par le ministère de la Santé de Sierra Leone, l'OMS et les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Recommandations aux survivants

Ebola a dévasté trois pays d'Afrique de l'Ouest (Sierra Leone, Liberia et Guinée) depuis la fin 2013, infectant près de 25 000 personnes et faisant plus de 11 000 morts.

Pour la deuxième semaine consécutive il n'y a eu aucun nouveau cas d'infection signalé à l'OMS, laissant espérer que cette flambée est désormais sur le point de s'éteindre.

Mais les résultats de cette étude sur le sperme, entreprise après plusieurs cas de transmission sexuelle du virus par des hommes survivants à l'infection, suscitent de nouvelles inquiétudes.

Au printemps, une étude décrivait le cas d'une Libérienne qui a apparemment contracté Ebola après des relations sexuelles avec un ancien malade, six mois après son diagnostic.

Avant cela, la période la plus longue pendant laquelle Ebola avait été détecté dans le sperme d'un homme guéri était de 82 jours, selon Armand Sprecher, expert de la maladie à Médecins Sans Frontières.

Les CDC effectuent davantage d'analyses de ces échantillons de sperme pour déterminer si le virus est vivant et potentiellement infectieux.

«Cette étude (...) nous aide à faire des recommandations aux survivants et à leurs proches pour qu'ils restent en bonne santé», souligne le directeur des CDC, le Dr Tom Frieden.

Plus de 8000 hommes ayant guéri d'Ebola dans les trois pays d'Afrique les plus touchés ont ensuite rechuté, selon l'étude.

À ce stade, les survivants devraient avoir leur sperme testé deux fois négatif pour Ebola avant d'avoir des relations sexuelles ou sinon utiliser un préservatif, recommandent ces autorités sanitaires.

Jusqu'à présent une personne est considérée guérie si elle n'a plus de trace du virus dans son sang.

Daniel Bausch, un virologue de l'OMS à Genève a expliqué à l'AFP que le virus pouvait subsister dans certaines parties de l'organisme après la guérison car «il faut plus de temps au système immunitaire pour nettoyer ces endroits». Il a cité les testicules, le cerveau, la moelle épinière et le globe oculaire.

Le virus Ebola a été découvert pour la première fois dans l'oeil d'un ancien malade américain deux mois après sa guérison, avait déjà rapporté le New England Journal of Medicine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer