Les bienfaits du cannabis médicinal

Le cannabis médicinal ne semble pas avoir d'effets secondaires sérieux, selon... (PHOTO DARRYL DYCK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

PHOTO DARRYL DYCK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le cannabis médicinal ne semble pas avoir d'effets secondaires sérieux, selon une nouvelle étude montréalaise. Or, son effet sur la douleur semble comparable aux médicaments.

« Les principaux effets secondaires sont comparables aux médicaments antidouleur », explique Mark Ware, du département d'anesthésie de l'Université McGill, qui est l'un des coauteurs de l'étude publiée dans le Journal of Pain. « On parle de symptômes qui ne menacent pas la vie du patient, de maux de tête, de fatigue, d'étourdissements et de nausées, de degré léger à modéré. Il y a aussi quelques symptômes respiratoires, mais qui s'expliquent en grande partie par le fait que les patients qui prennent du cannabis sont souvent aussi des fumeurs. Il n'y a pas de différence statistiquement significative en ce qui concerne la fonction pulmonaire. »

L'étude a suivi pendant un an 430 patients souffrant de douleur chronique, dont la moitié prenaient du cannabis médicinal. Dans ce dernier groupe, 42 % étaient des fumeurs de cigarettes, contre 31 % du groupe témoin.

Le nombre d'effets secondaires sérieux était comparable dans les deux groupes, 40 dans le groupe prenant du cannabis et 56 dans le groupe témoin. En ce qui concerne les effets secondaires non sérieux, le groupe prenant du cannabis était plus touché, avec 818 événements, contre 581 pour le groupe témoin.

Les chercheurs montréalais ont découvert que les patients qui prenaient du cannabis avaient vu leur douleur diminuer légèrement plus que les autres. « Le groupe "cannabis" avait déjà un niveau de douleur moindre, dit le Dr Ware. Une grande partie d'entre eux étaient déjà des consommateurs de cannabis avant le début de l'étude. Ils consommaient aussi moins d'opioïdes et d'antidépresseurs. »

Les deux tiers du groupe traité avec du cannabis en consommaient avant le début de l'étude et seulement 7 % des patients n'en avaient jamais pris. Dans le groupe témoin, personne ne consommait de cannabis et les deux tiers n'en avaient jamais pris. La consommation moyenne de cannabis était 2,5 grammes par jour.

« Nous avions trop peu de patients "naïfs", qui n'avaient donc jamais pris de cannabis, pour voir comment ce groupe réagissait, dit le Dr Ware. Il nous faut maintenant faire une autre étude pour voir ce qu'il en est. »

2,74
Risque d'effets secondaires légers de nature psychiatrique, pour le cannabis médicinal, par rapport aux médicaments antidouleur
2
Risque d'effets secondaires légers de nature neurologique, pour le cannabis médicinal, par rapport aux médicaments antidouleur
1,77
Risque d'effets secondaires légers de nature respiratoire, pour le cannabis médicinal, par rapport aux médicaments antidouleur
1,51
Risque d'effets secondaires légers de nature infectieuse, pour le cannabis médicinal, par rapport aux médicaments antidouleur

Source: Journal of Pain

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer