Paludisme: mise sur pied d'un programme pour éradiquer la maladie

Chaque année, environ 200 millions de personnes contractent... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Chaque année, environ 200 millions de personnes contractent le paludisme, et 600 000 en meurent.Les enfants de moins de cinq ans représentent les trois quarts de tous ces décès, dont 90% ont lieu en Afrique.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
GENÈVE

Un programme pour éradiquer le paludisme, qui fait actuellement 600 000 morts par an, au cours des 15 prochaines années a été adopté, a annoncé jeudi l'OMS (Organisation mondiale de la santé).

Les diplomates rassemblés à Genève pour assister à l'assemblée annuelle de la Santé, l'instance de l'OMS, ont entériné mercredi soir un plan visant à réduire de 40% les cas de paludisme d'ici à l'an 2020 et de 90% d'ici à 2030, a indiqué l'OMS.

Le plan prévoit également l'éradication complète du paludisme dans au moins 35 nouveaux pays ces 15 prochaines années.

Pedro Alondo, responsable du programme mondial sur le paludisme à l'OMS, a déclaré à l'AFP que ces objectifs étaient «ambitieux mais réalisables», et qu'ils allaient «nous conduire tout près de l'éradication».

«Il s'agit de la stratégie la plus ambitieuse tout en étant réaliste que le monde ait adoptée depuis le milieu du XXe siècle», a-t-il dit.

Chaque année, environ 200 millions de personnes contractent le paludisme, et 600 000 en meurent.

Les enfants de moins de cinq ans représentent les trois quarts de tous ces décès, dont 90% ont lieu en Afrique.

Il y a déjà eu de grands progrès dernièrement dans la lutte contre la maladie, avec une chute de 47% de la mortalité entre 2000 et 2013, selon de récents chiffres rendus publics par l'OMS.

M. Alonso a cependant reconnu qu'il restait encore beaucoup à faire, car environ 50% des foyers en Afrique ne sont pas équipés de moustiquaires, des équipements essentiels pour se protéger des moustiques qui transmettent le paludisme par piqûre.

En outre, 60% des cas ne sont toujours pas diagnostiqués ni traités.

Pour atteindre les objectifs fixés cette semaine, les pays devront renforcer leur surveillance pour détecter tous les cas de paludisme et les traiter, a ajouté M. Alonso.

Des investissements seront aussi nécessaires pour mettre au point de nouveaux et meilleurs médicaments -en raison notamment de la résistance croissante à ceux habituellement utilisés-, diagnostics et insecticides ainsi que des vaccins prometteurs, a-t-il dit.

Atteindre ces objectifs devrait coûter environ 100 millions de dollars.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer