Ibuprofène: risque cardiovasculaire accru à très forte dose

L'ibuprofène est un médicament commercialisé depuis les années... (PHOTO BRENT LEWIN, BLOOMBERG)

Agrandir

L'ibuprofène est un médicament commercialisé depuis les années 60.

PHOTO BRENT LEWIN, BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Paris

L'ibuprofène, l'un des médicaments les plus utilisés contre la douleur et l'inflammation, accroit légèrement le risque de faire un infarctus ou un accident vasculaire cérébral (AVC), mais uniquement s'il est pris à très forte dose, selon l'Agence européenne du médicament (EMA).

Dans sa nouvelle évaluation rendue publique lundi, le Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (PRAC) de l'agence souligne que l'augmentation du risque cardiovasculaire ne concerne que les patients prenant des doses d'ibuprofène supérieures à 2400 mg par jour.

Aucun risque accru n'a en revanche été observé chez les patients prenant moins de 1200 mg par jour, c'est-à-dire la grande majorité des patients.

Les doses habituelles chez l'adulte sont de 200 à 400 mg trois fois par jour.

L'ibuprofène est un médicament commercialisé depuis les années 60 sous divers noms commerciaux, comme Advil ou Nurofen, et souvent en vente libre.

Pour le PRAC, le risque cardiovasculaire de l'ibuprofène à forte dose est similaire à celui de l'antidouleur diclofénac (Voltarène et génériques) dont l'utilisation est déjà restreinte depuis 2013 chez les patients ayant certains problèmes cardiovasculaires.

Il préconise en conséquence une modification des conseils d'utilisation et invite les médecins à évaluer «soigneusement» le risque cardiovasculaire d'un patient avant de prescrire de l'ibuprofène sur une longue durée et à des doses importantes.

L'avis du PRAC ne concerne toutefois que les traitements pris par voie orale et pas les gels et crèmes à base d'ibuprofène.

Les médicaments à base d'ibuprofène étant approuvés au niveau national, les recommandations du PRAC devront encore être approuvées par le comité européen de coordination (CMDh) qui est l'entité européenne représentant les différentes agences nationales du médicament.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer