Retirer des caillots lors d'une angioplastie: risqué et sans effet

Plus d'un million de personnes subissent une angioplastie... (Photo Todd Heisler, archives The New York Times)

Agrandir

Plus d'un million de personnes subissent une angioplastie chaque année aux États-Unis, dont 20 % couplent cette intervention avec une thrombectomie.

Photo Todd Heisler, archives The New York Times

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

L'extraction de caillots des artères coronaires lors d'une angioplastie est sans effet thérapeutique et même pourrait accroître le risque d'accident vasculaire cérébral, montrent lundi les résultats d'un vaste essai clinique.

Cette nouvelle étude menée avec plus de 10 000 patients qui ont subi une angioplastie pour traiter une artère bouchée. La moitié ont subi en plus une thrombectomie, qui consiste à extraire les caillots par succion avec une seringue.

Cette intervention se fait après l'ouverture de l'artère coronaire à l'aide d'un cathéter et d'un ballonnet qui se gonfle avant d'insérer un ressort (endoprothèse) pour garder le vaisseau ouvert.

Plus d'un million de personnes subissent une angioplastie chaque année aux États-Unis, dont 20 % couplent cette intervention avec une thrombectomie.

Après un suivi de six mois, les chercheurs n'ont trouvé aucune différence dans les deux groupes de patients en termes de taux de mortalité cardiovasculaire, d'infarctus et de défaillance cardiaque, avec respectivement des taux de 6,9 % et 7 % dans les deux groupes.

L'étude montre aussi un léger accroissement statistiquement significatif des accidents vasculaires cérébraux dans le groupe qui a subi le retrait des caillots, 0,7 % contre 0,3 % dans le groupe témoin, dans une période de 30 jours après l'intervention.

«La leçon de cette étude est qu'on ne devrait pas faire de thrombectomie de façon routinière», explique le Dr Sanjit Jolly, professeur adjoint de cardiologie à l'Université McMaster à Hamilton, en Ontario, qui a dirigé l'essai clinique. Celui-ci a présenté les résultats au troisième et dernier jour de la conférence annuelle de l'American College of Cardiology (ACC) réuni à San Diego en Californie.

L'étude est aussi publiée lundi en ligne dans la revue médicale américaine New England Journal of Medicine.

«Étant donné les effets néfastes observés, ces résultats suggèrent que la thrombectomie devrait être seulement une thérapie de secours en cas d'échec de l'angioplastie pour ouvrir l'artère», a-t-il dit.

Avant cet essai clinique, les médecins pensaient que le retrait des caillots pouvait réduire le risque d'un nouvel accident cardiovasculaire et d'autres problèmes, a rappelé le Dr Jolly.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer