Les autorités américaines permettent la vente d'un test génétique

Créé et dirigé par Anne Wojcicki, 23andme a... (Photo Peter DaSilva, The New York Times)

Agrandir

Créé et dirigé par Anne Wojcicki, 23andme a désormais commercialisé des tests de ce type au Canada et au Royaume-Uni, mais se contente de vendre des kits à visée généalogique aux États-Unis.

Photo Peter DaSilva, The New York Times

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Les autorités américaines ont autorisé jeudi la commercialisation d'un test ADN qui doit permettre à son utilisateur de juger si ses enfants risquent d'être atteints d'une maladie rare, un premier pas de libéralisation d'une industrie dont se défient actuellement les régulateurs.

Le kit est développé par le groupe biotechnologique 23andme, dont le géant internet Google est l'un des investisseurs, et à qui l'agence américaine des médicaments, la FDA, avait interdit en novembre 2013 de commercialiser en l'état des tests ADN destinés à déterminer des risques de maladie.

La FDA avait estimé qu'un tel produit, basé sur un échantillon de salive et censé notamment informer sur les éventualités de diabète ou de cancer du sein, risquait de pousser ses utilisateurs à entreprendre des traitements infondés, ou, à l'inverse, «d'ignorer un vrai risque» en donnant un résultat négatif.

Créé et dirigé par Anne Wojcicki, l'ancienne épouse d'un cofondateur de Google, 23andme a désormais commercialisé des tests de ce type au Canada et au Royaume-Uni, mais se contente de vendre des kits à visée généalogique aux États-Unis.

La FDA a désormais fait un petit pas vers la libéralisation de tels tests, en permettant jeudi à 23andme, qui a récemment annoncé des partenariats avec les laboratoires Roche et Pfizer, de vendre un produit lié à la santé.

La mesure de la FDA reste limitée, car le test en question ne vise pas à évaluer les risques encourus par l'utilisateur lui-même, mais par ses enfants, et il concerne une maladie rare, le syndrome de Bloom.

Cette maladie héréditaire provoque un retard de croissance, une stérilité chez l'homme et de forts risques de développer un cancer.

«La FDA considère que, dans de nombreuses circonstances, le client n'a pas besoin de passer par un professionnel de santé pour accéder directement aux informations personnelles sur son génome», a estimé Alberto Gutierrez, un responsable de l'agence, cité dans un communiqué.

«Ces tests sont en mesure de renseigner les utilisateurs sur d'éventuelles mutations de leurs gènes, susceptibles d'être transmises à leurs enfants», a-t-il ajouté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer