Le gène qui rend la carotte orange identifié, un atout santé

Le carotène est un pigment orange présent dans... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Le carotène est un pigment orange présent dans les carottes et d'autres végétaux colorés, qui est converti par le foie en vitamine A, une vitamine essentielle au bon fonctionnement de notre organisme.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Des chercheurs se sont attelés au séquençage complet du génome de la carotte débusquant un gène responsable de l'accumulation du carotène, des pigments aux larges vertus santé, selon une étude publiée lundi dans la revue Nature Genetics.

« Nous avons découvert un gène qui conditionne l'accumulation de pigments de caroténoïde dans les racines de carottes », a annoncé à l'AFP Philipp Simon de l'université du Wisconsin à Madison aux États unis et coauteur de l'étude.

Le carotène est un pigment orange présent dans les carottes et d'autres végétaux colorés, qui est converti par le foie en vitamine A, une vitamine essentielle au bon fonctionnement de notre organisme. C'est également un antioxydant bénéfique pour la santé.

Selon l'étude, le traitement de la carence en vitamine A est essentiel pour la santé mondiale. Le développement de sources de vitamine A durable doit donc être un des objectifs de l'optimisation des cultures.

« Les progrès des technologies de séquençage du génome vont permettre aux scientifiques de développer de nouvelles variétés de fruits et légumes dont la valeur nutritive sera améliorée », précise Philipp Simon.

Après avoir identifié un gène et sa fonction associée, les chercheurs peuvent s'assurer de sa présence dans les générations futures et accélérer ainsi la sélection classique en choisissant les « bons descendants ».

« La sélection assistée par marqueurs sera une des utilisations les plus importantes du séquençage du génome de la carotte », a expliqué le chercheur.

Une technique qui diffère des OGM, ce dernier revenant à insérer dans le génome de l'espèce cible un gène provenant d'une autre espèce, un échange qui ne peut pas se faire de façon naturelle.

D'ailleurs, « actuellement, il n'y a pas de carottes OGM sur le marché mondial », a précisé le chercheur.

Leur découverte pourrait également permettre de travailler sur une modification des gènes d'autres légumes grâce aux techniques d'édition du génome. Philipp Simon évoque notamment le manioc.

Des mutations génétiques similaires ont permis à certains fruits (citrouille et potiron, abricot, etc.), au cours de leur évolution, de pouvoir accumuler ces pigments « donc il peut y avoir une application au-delà des légumes racines », a noté le chercheur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer