Des micro-guêpes à la rescousse du maïs

Les agriculteurs québécois ont désormais recours aux trichogrammes -... (Photo François Roy, La Presse)

Agrandir

Les agriculteurs québécois ont désormais recours aux trichogrammes - de petites guêpes à peine visibles à l'oeil nu - pour protéger leurs récoltes de la pyrale du maïs. Une technique est présentement à l'essai chez quatre producteurs : larguer des oeufs de trichogramme par drone.

Photo François Roy, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mirna Djukic
La Presse

Larguer des oeufs de « micro-guêpes » sur des champs de maïs pour les protéger d'un insecte ravageur ? Cette technique, qui a l'avantage de remplacer les pesticides chimiques, devrait bientôt bénéficier d'un coup de pouce de l'État pour en généraliser son utilisation.

La pyrale du maïs, un papillon nocturne, est le principal insecte ravageur du maïs sucré au Québec. Chaque année, elle coûte cher aux producteurs, qui peuvent y laisser jusqu'à 8 % de leurs récoltes, en plus d'engendrer d'importantes conséquences environnementales à cause des quantités massives de pesticides utilisées pour la combattre.

Plus de 150 agriculteurs québécois ont désormais recours à des alliés inattendus pour éloigner ces insectes de leurs récoltes : les trichogrammes. Ces petites guêpes à peine visibles à l'oeil nu sont des parasitoïdes, ce qui veut dire qu'elles sont très spécialisées, selon l'entomologiste François Fournier, professeur-chercheur au collège Montmorency. « Ils pondent leurs oeufs dans l'oeuf d'un autre insecte [la pyrale], ils le bouffent et éventuellement, ils le tuent. C'est comme Alien », explique-t-il.

C'est justement parce qu'ils s'attaquent presque uniquement aux oeufs de pyrales que les trichogrammes ont si peu de risques pour l'environnement. « Je ne dis pas qu'ils sont parfaitement spécialisés pour la pyrale, mais ça se rapproche de ça, affirme l'expert. Les impacts sont à peu près nuls sur les autres espèces. »

Si l'utilisation de trichogrammes rebute encore beaucoup de producteurs, c'est parce qu'en plus de chambouler leurs habitudes, elle coûte plus cher que les pesticides chimiques conventionnels.

Le ministère québécois de l'Agriculture et l'IRDA ambitionnent toutefois de doubler le nombre de producteurs qui utilisent les trichogrammes, ainsi que la superficie traitée d'ici deux ans. Ils viennent d'ailleurs de créer un programme d'aide financière pour aider les agriculteurs à se convertir à cette méthode.

«« C'est une méthode alternative qui permet de réduire l'utilisation des insecticides, donc de réduire l'impact sur l'environnement et la santé humaine [...] et aussi de préserver une bonne partie de la biodiversité. »»

Sylvie Bellerose
conseillère à la direction de l’Institut en recherche et développement en agroenvironnement (IRDA)

De plus, selon elle, les producteurs peuvent y trouver une valeur ajoutée pour leurs récoltes, étant donnée la sensibilité grandissante des consommateurs aux questions environnementales.

DISSÉMINATION PAR DRONE

Il existe un inconvénient à l'utilisation des trichogrammes : l'opération demande beaucoup de main-d'oeuvre - une denrée rare dans le domaine agricole. Elle repose sur l'utilisation de petites cartes qui contiennent des milliers d'oeufs de trichogramme, qu'on appelle trichocartes. Il faut manuellement installer des dizaines de trichocartes par hectare chaque semaine pour avoir l'effet escompté.

Pour contrer ce problème, l'IRDA, appuyé par les gouvernements fédéral et provincial, évalue présentement la possibilité de larguer des oeufs de trichogramme par drone. Des essais techniques chez quatre producteurs et une analyse des coûts sont en cours. 

Jusqu'à maintenant, le principal obstacle rencontré est le faible taux de survie des trichogrammes. Puisqu'ils sont plus exposés aux éléments lorsqu'ils sont largués du haut des airs que sur les trichocartes, il faudra trouver un moyen de protéger les oeufs ou d'augmenter la quantité lâchée.

« Les travaux vont continuer, et évidemment, comme toute recherche scientifique, c'est l'argent disponible qui va déterminer la rapidité de progression de la technique », prévoit Sylvie Bellerose. Selon elle, l'IRDA est optimiste quant aux chances d'éventuellement offrir une méthode « intéressante et efficace » de propager les trichogrammes grâce aux drones.

Pourquoi le trichogramme ?

Il existe d'autres parasites et virus capables de s'attaquer à la pyrale du maïs, mais le trichogramme est particulièrement bien choisi pour trois raisons : 

• Il tue littéralement la pyrale dans l'oeuf, soit avant que celle-ci ne puisse causer le moindre dommage au maïs ;

• Il dépend de l'accessibilité des oeufs de papillons pour se reproduire et ne survit pas à l'hiver, ce qui limite les risques de prolifération incontrôlée ;

• Il est inoffensif pour les humains et la plupart des autres vivants. Il n'a donc presque pas d'impacts sur la biodiversité en bordure des champs.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer