Madame mouche devient agressive après le sexe

La drosophile, une minuscule mouche aux yeux rouges.... (Photo fournie par le laboratoire de diagnostic en phytoprotection du MAPAQ)

Agrandir

La drosophile, une minuscule mouche aux yeux rouges.

Photo fournie par le laboratoire de diagnostic en phytoprotection du MAPAQ

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

La femelle drosophile, une minuscule mouche aux yeux rouges, devient agressive après l'accouplement, un changement brutal de comportement causé par la semence de son compagnon selon une étude publiée lundi dans la revue Nature Ecology & Evolution.

Agressivité envers les autres femelles, rejet des avances du sexe opposé, perte d'intérêt pour le sexe ... le comportement de la femelle drosophile, également appelée mouche à vinaigre, change après l'acte sexuel sans que l'on n'ait jamais déterminé ce qui déclenche ce basculement.

Eleanor Bath, du Département de zoologie de l'Université d'Oxford et ses collègues, ont observé des centaines de Drosophila melanogaster: des femelles vierges, d'autres fraîchement, accouplées, ou encore des drosophiles génétiquement modifiées (des femelles rendues incapables de produire des oeufs et des mâles rendus incapables de produire du sperme).

Selon les résultats de l'étude, la fécondation - la nécessité de nourrir et protéger sa progéniture -- n'est pas responsable du changement de comportement des femelles, car après l'accouplement elles deviennent toutes agressives, même celles rendues stériles.

Les expériences incluant les mâles « sans sperme » se sont avérées plus concluantes. « Nous avons constaté que les mouches femelles qui reçoivent des spermatozoïdes des mâles lors de l'accouplement sont plus agressives envers les autres femelles que les femelles qui ne reçoivent pas de sperme », explique à l'AFP Eleanor Bath.

La semence serait donc responsable de ce brutal changement de comportement, même si les chercheurs avouent ne pas encore savoir exactement quelle protéine du fluide pourrait être impliquée. Selon la chercheuse, il est possible que les protéines du liquide séminal soient également synonymes d'agressivité chez d'autres espèces. Chez d'autres insectes bien sûr, mais également chez des vertébrés - des oiseaux et des mammifères.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer