Le plus ancien serpent fossile connu a 167 millions d'années

En examinant les restes fossilisés de serpents faisant... (PHOTO LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

En examinant les restes fossilisés de serpents faisant partie des collections de différents musées d'histoire naturelle autour du monde, Michael Caldwell et ses collègues de différents pays ont identifié quatre nouvelles espèces de serpent qu'ils datent de 143 à 167 millions d'années.

PHOTO LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Un nouvel examen de quatre anciens fossiles a permis de découvrir des ancêtres des serpents actuels dont le plus vieux vivait il y a 167 millions d'années, soit 70 millions d'années de plus que le plus vieux fossile de serpent connu.

En examinant les restes fossilisés de serpents faisant partie des collections de différents musées d'histoire naturelle autour du monde, Michael Caldwell et ses collègues de différents pays ont identifié quatre nouvelles espèces de serpent qu'ils datent de 143 à 167 millions d'années.

Elles seraient donc plus vieilles de 70 millions d'années que le plus âgé des serpents fossiles connu jusqu'alors.

Désormais, le plus ancien serpent connu est le Eophis underwoodi, âgé de 167 millions d'années, dont les restes ont été découverts dans l'Oxfordshire, dans le sud de l'Angleterre, dévoile cette étude parue dans la revue britannique Nature Communications.

L'observation de ces nouvelles espèces de serpent a bouleversé l'idée que les chercheurs se faisaient de l'évolution de l'espèce.

«Cette étude explore l'idée que l'évolution parmi le groupe des +serpents+ est plus complexe qu'on ne le pensait auparavant», assure Michael Caldwell, professeur à l'Université de l'Alberta (Canada), cité dans un communiqué.

Ces espèces partagent des caractéristiques reconnaissables avec les serpents modernes, comme leur dent aiguisée recourbée vers l'arrière, mais leur allure générale, que ce soit la taille ou la forme, reste inconnue.

L'étude suggère que «l'évolution des crânes de serpents caractéristiques est apparue longtemps avant que les serpents ne perdent leurs pattes».

L'étude souligne également que la thèse d'une apparition soudaine des serpents il y a environ 100 millions d'années, reflète plus un trou dans la connaissance des fossiles qu'une dispersion brutale des premiers serpents.

«Ce qu'il faut retenir, c'est qu'il existe un véritable fossé dans nos connaissances qu'il faudra combler par de futures recherches, car nous n'avons pas trace de fossiles de serpent entre 140 et 100 millions d'années», souligne M. Caldwell.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer