Cinq squelettes dans le mystérieux tombeau d'Amphipolis

Casta Hill, près du tombeau antique d'Amphipolis.... (PHOTO GRIGORIS SIAMIDIS, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Casta Hill, près du tombeau antique d'Amphipolis.

PHOTO GRIGORIS SIAMIDIS, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Athènes

Les restes découverts dans le mystérieux tombeau antique d'Amphipolis, le plus grand jamais fouillé en Grèce, appartiennent à «au moins» cinq personnes, dont une femme d'une soixantaine d'années, deux hommes plus jeunes et un nouveau-né, a annoncé lundi à Athènes le ministère de la Culture.

«Le nombre minimum de squelettes identifiés est de cinq, dont quatre ont été enterrés et l'un incinéré», a indiqué le ministère dans un communiqué.

L'analyse des quelque 550 ossements découverts dans ce tombeau, situé dans le nord de la Grèce, ne résout cependant pas l'énigme de l'identité des dépouilles, qui font l'objet de toutes les spéculations, car le monument funéraire date de l'époque d'Alexandre le Grand (356-323 av. J.-C.).

Au terme d'une progression des archéologues vers le coeur du tumulus, le ministère de la Culture avait fait état en novembre de la découverte «d'un» squelette.

Après examen, ce sont finalement cinq personnes au moins qui reposent dans le monument. Un seul crâne a été découvert, «en assez bon état». Il appartient «avec certitude» à la dépouille d'une femme «âgée de plus de 60 ans», dont la taille estimée est de «1,57 mètre».

Les restes de deux hommes âgés «de 35 à 45 ans», mesurant 1,68 m et 1,62 m ou 1,63 m, ont également été reconstitués. L'un d'eux portait des traces d'une blessure infligée par un objet tranchant.

Les deux autres dépouilles sont celles d'un «nouveau-né» et «probablement d'un adulte», les os de ce dernier étant les seuls à présenter des traces d'incinération.

D'autres analyses essaieront notamment de déterminer le type d'alimentation des défunts ou l'existence d'éventuelles pathologies. Des comparaisons d'ADN devraient être également menées entre trois des dépouilles - les autres étant trop incomplètes - afin d'étudier une possible parenté.

«La disposition dans laquelle les os ont été trouvés prouve qu'ils ont été bougés», précise le communiqué, confirmant l'hypothèse selon laquelle la tombe a été profanée. Très peu de reliques précieuses ont été trouvées dans les chambres funéraires.

«Ces annonces posent plus de questions qu'elles n'apportent de réponse», a commenté auprès de l'AFP Michalis Tiverios, professeur d'archéologie à l'université de Thessalonique.

Le tumulus d'Amphipolis, à une centaine de kilomètres de Thessalonique, est enserré dans une enceinte en marbre de 500 mètres de circonférence, et mesure 30 mètres de hauteur. C'est l'ouvrage «pour la construction duquel fut utilisée la plus importante quantité de marbre jamais employée en Macédoine antique», selon le ministère.

La colline est connue des archéologues depuis les années 60, mais l'enceinte n'a commencé à être mise au jour qu'en 2012, avant que les chercheurs commencent l'été dernier leur progression vers le coeur de la tombe gardée par deux imposants sphinx et des cariatides de plus de deux mètres de haut.

Depuis le début de ces fouilles, différentes hypothèses sur les personnes inhumées circulent: Roxane, l'épouse perse d'Alexandre le Grand, Olympias la mère du roi, ou un de ses compagnons et généraux. Les chances que le tombeau soit celui d'Alexandre lui-même paraissent quasi nulle. À sa mort à 32 ans à Babylone, sa dépouille aurait été inhumée à Alexandrie, en Égypte.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer