La mythique «pierre de soleil» des Vikings aurait été trouvée

Dans une étude publiée plus tôt cette semaine,... (Photo : Guy Ropars, AP)

Agrandir

Dans une étude publiée plus tôt cette semaine, des archéologues français et britanniques décrivent un bloc de calcite islandais retrouvé au fond de la Manche dans une épave datant du 16e siècle.

Photo : Guy Ropars, AP

Partager

Sur le même thème

Associated Press
Londres

La légendaire «pierre de soleil» qui aurait notamment aidé les navigateurs vikings à se rendre jusqu'à Terre-Neuve aurait été retrouvée.

Dans une étude publiée plus tôt cette semaine, des archéologues français et britanniques décrivent un bloc de calcite islandais retrouvé au fond de la Manche dans une épave datant du 16e siècle.

Ce bloc blanchâtre permettait apparemment aux navigateurs médiévaux de déterminer la position du soleil même s'il était caché par les nuages ou par le brouillard, ou s'il se trouvait sous l'horizon.

Cette pierre est capable de biréfringence, la propriété qu'ont certains corps transparents de diviser en deux le rayon lumineux qui les pénètre. Cela permet ensuite de déterminer avec une grande précision l'origine de la lumière.

Un chercheur français, Albert Le Floch, a expliqué que les Vikings n'auraient pas eu besoin de comprendre ce phénomène physique pour réaliser à quel point la pierre était facile à utiliser.

Les Vikings étaient de grands navigateurs et ils utilisant le soleil, les étoiles, les montagnes et même la migration des baleines pour parcourir les océans. Certains s'émerveillent toutefois de leur capacité à parcourir de vastes distances entre le Groenland, l'Islande et Terre-Neuve.

M. Le Floch souligne qu'une légende islandaise - la saga de Saint-Olaf - semble faire référence aux cristaux de calcite quand on raconte qu'Olaf a utilisé une «pierre de soleil» pour mesurer la position du soleil lors d'une journée enneigée. Les références médiévales à une telle pierre se font toutefois rares.

Plusieurs experts demeurent sceptiques et soulignent qu'aucune «pierre de soleil» n'a jamais été retrouvée dans un navire ou dans une tombe viking. M. Le Floch rétorque que ces cristaux se détériorent très rapidement quand ils sont exposés à l'acide, au sel ou à la chaleur.

Il souligne que la pierre sur laquelle porte son étude, le cristal d'Alderney, était entièrement transparente avant d'être rendue opaque par l'eau de mer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer