La NASA veut passer le mur du son sans faire de bruit

Dès 2022, la NASA compte faire voler son... (PHOTO AGENCE FRANCE-PRESSE/NASA)

Agrandir

Dès 2022, la NASA compte faire voler son nouvel X-Plane au-dessus d'un certain nombre de villes américaines pour récolter des données et surtout recueillir l'avis des habitants.

PHOTO AGENCE FRANCE-PRESSE/NASA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Le nouvel avion de la lignée des légendaires X-Planes de la NASA va avoir pour mission de franchir le mur du son, mais sans produire le «bang» si caractéristique et si bruyant, a indiqué l'agence spatiale américaine mardi.

L'agence spatiale américaine a signé un contrat de 247,5 millions de dollars avec Lockheed Martin pour concevoir, construire et tester le nouvel appareil, qui pourrait décoller en 2021, a précisé l'agence spatiale.

Si tout se passe comme prévu, l'avion devrait faire le «bruit d'une porte de voiture qui se ferme» - soit environ 75 décibels de niveau de bruit perçu - en volant à 55 000 pieds d'altitude (environ 16 800 mètres) à la vitesse de 1560 km/h, a-t-elle ajouté.

Sur une vidéo de la NASA, l'avion a la forme d'un stylet très fin au nez allongé, avec des ailes de canard devant le cockpit qui ne dépasse pas du reste de la carlingue et deux ailes delta à angle très aigu.

Dès 2022, l'agence compte faire voler son nouvel X-Plane au-dessus d'un certain nombre de villes américaines pour récolter des données et surtout recueillir l'avis des habitants.

L'aviation supersonique commerciale, qui n'aura vécu que quelques décennies et pour une toute petite élite parmi les passagers, a pris fin avec le dernier vol du Concorde franco-britannique en 2003.

Un avion pouvant voler relativement silencieusement à des vitesses supersoniques pourrait révolutionner le transport aérien de passagers et de fret en permettant de voler au-dessus de zones habitées.

Le budget signé par le président Donald Trump assure le financement du projet et pourrait «ouvrir un nouveau marché aux compagnies américaines pour construire des avions commerciaux plus rapides, créer des emplois et diviser par deux la durée de la traversée» des États-Unis d'une côte à l'autre».

Pour l'instant, les sièges de passagers ne sont pas prévus et si le projet démontre que le vol supersonique et «silencieux» est possible, il faudra encore que les autorités régulant l'aviation civile s'adaptent.

La NASA n'est pas seule à vouloir remettre le vol supersonique commercial au goût du jour. Virgin Galactic et Spike Aerospace sont aussi sur les rangs.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer