Les États-Unis attendent leur première éclipse totale en 99 ans

Une éclipse totale observée à Antalya, en Turquie,... (PHOTO CEM TURKEL, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Une éclipse totale observée à Antalya, en Turquie, en mars 2006.

PHOTO CEM TURKEL, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Kerry SHERIDAN
Agence France-Presse
MIAMI

Agités par la passion d'astronomes amateurs, les espoirs des scientifiques et l'explosion du prix des chambres d'hôtel, les États-Unis attendent leur première éclipse solaire totale depuis près d'un siècle, qui projettera son ombre sur des millions d'habitants d'ouest en est lundi.

Une attente passionnée qui pourrait même faire avancer le débat qui oppose la science aux sceptiques, espère l'astronome James Webb, de l'université internationale de Floride.

« Une grande partie de la population pourra facilement voir l'éclipse », explique-t-il à l'AFP. « Alors que beaucoup sont ceux qui nient encore aujourd'hui la science, ça sera l'occasion de montrer ce que l'on sait vraiment du système solaire », souligne-t-il.

L'éclipse totale, lorsque la Lune bloque complètement la lumière du Soleil, sera visible sur une trajectoire de 113 kilomètres de large passant par 14 des 50 États américains.

Une éclipse partielle débutera sur la côte nord-ouest des États-Unis peu après 12 h HE, lundi. Elle deviendra totale en passant au-dessus de la côte de l'Oregon, à 13 h 16, puis suivra une trajectoire diagonale jusqu'à se terminer à 14 h 48 en Caroline du Sud, sur la côte Atlantique dans le sud-est du pays.

Jusqu'en Europe 

Si le phénomène complet ne sera visible que sous cette trajectoire, l'éclipse partielle s'étendra bien au-delà. Au Nord, elle pourrait être aperçue jusque dans la province canadienne de l'Alberta, au Canada et au Sud jusqu'au Brésil, si les conditions météorologiques le permettent. On pourrait même l'observer en partie dans l'ouest de la France et du Royaume-Uni, au coucher du soleil.

« Ils verront une très légère éclipse partielle », explique Robert Massey, directeur exécutif par intérim de la Royal Astronomical Society (RAS) à Londres.

Il faut remonter au 8 juin 1918 pour retrouver la dernière éclipse solaire totale à avoir survolé les États-Unis, d'ouest en est, depuis l'État de Washington jusqu'en Floride.

Face à l'enthousiasme déjà palpable des astronomes amateurs, les autorités mettent en garde contre les dangers car les rayons solaires peuvent brûler la rétine. Il ne faudra donc pas regarder directement l'éclipse, même avec des lunettes de soleil, et s'équiper de lunettes spéciales.

« Quelque 100 millions de gens vont l'observer mais les dangers si l'on regarde directement le Soleil sont réels et sérieux », souligne Vincent Jerome Giovinazzo, directeur d'ophtalmologie à l'hôpital de Staten Island University. « Les séquelles peuvent être permanentes », explique-t-il à l'AFP.

Explosion des prix

Après plusieurs alertes aux fausses lunettes de contrefaçon, les autorités ont mis en garde les consommateurs contre toutes celles qui ne seraient pas aux normes (ISO-12312-2).

Ceux qui préfèrent ne pas observer directement le Soleil peuvent fabriquer des projecteurs en papier ou carton permettant de visionner l'image retransmise du phénomène.

Allant plus loin, certains tenteront de capturer l'expérience sensorielle provoquée par l'éclipse. Scientifiques et simples citoyens sont ainsi encouragés à enregistrer les sons d'ambiance, avant, pendant et après le phénomène, pour le projet Eclipse Soundscapes, afin de permettre notamment aux aveugles d'« entendre et de ressentir les qualités physiques de l'éclipse ».

Et pour ceux qui ne seront pas sur la trajectoire, la Nasa prévoit une retransmission en direct toute la journée sur son site, qui sera aussi diffusée sur l'un des écrans de la célèbre place de Times Square, à New York.

Entre 1,85 million et 7,4 millions de personnes devraient se déplacer pour se retrouver sous la trajectoire de l'éclipse totale, ce qui fait craindre embouteillages et accidents, selon le site Great American Eclipse.

Une certitude : les prix n'ont pas attendu pour exploser. Des modestes motels de bord d'autoroute, dans l'un des meilleurs lieux pour observer l'éclipse, vers Casper dans le Wyoming, proposaient jeudi leurs dernières chambres à plus de 2100 dollars la nuit.

Surtout, les scientifiques attendent avec gourmandise ce phénomène, qui permet d'étudier plus aisément la couronne solaire.

Malgré ses 85 ans et 26 éclipses observées, Donald Liebenberg, scientifique de l'université de Clemson en Caroline du Sud, n'en finit pas de s'émerveiller.

« Quand je vois les prémices de l'éclipse totale, je suis impressionné de sentir que la température chute, que le ciel s'obscurcit et que les oiseaux rentrent au nid », confie-t-il à l'AFP avant d'ajouter, admiratif, que « même les Babyloniens étaient capables de prévoir où et quand une éclipse allait se produire ».




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer