Contact perdu avec un vaisseau-cargo censé ravitailler l'ISS

Sur cette photo d'october 2016, on voit un... (archives nasa)

Agrandir

Sur cette photo d'october 2016, on voit un vaisseau-cardo, le Cygnus, approcher de l'ISS.

archives nasa

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

L'agence spatiale russe Roskosmos a annoncé jeudi avoir perdu le contact avec un vaisseau-cargo non habité qui devait ravitailler la Station spatiale internationale (ISS), peu après son décollage du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan.

« Le contact a été perdu 383 secondes après le décollage du lanceur Soyouz avec le vaisseau-cargo Progress MS-04 », a déclaré Roskosmos dans un communiqué, ajoutant que ses spécialistes tentaient de comprendre l'origine du problème.

Selon une source au sein de l'industrie spatiale, l'appareil n'a pas réussi à se placer sur la bonne orbite et ne pourra atteindre l'ISS.

« Il est très probable qu'il s'agit du scénario le plus négatif et que le vaisseau cargo sera perdu », a affirmé cette source à l'agence officielle TASS, en estimant que l'appareil est « déjà retombé en Chine ou dans l'océan Pacifique ».

« Il est possible que le vaisseau cargo se soit séparé de la fusée, mais qu'il ait fini par tomber et se consumer dans l'atmosphère », a-t-elle précisé.

Pour sa part, une source sur le cosmodrome de Baïkonour a indiqué à l'agence Interfax que le vaisseau cargo a pu retomber dans l'Altaï, en Sibérie.

Le Progress MS-04 transportait un chargement d'environ 2,4 tonnes, dont de l'eau, des carburants et du gaz comprimé, ainsi que des produits alimentaires, des vêtements et des médicaments pour l'équipage de l'ISS composé actuellement du Français Thomas Pesquet, des Américains Peggy Whitson et Shane Kimbroughet, ainsi que des Russes Oleg Novitski, Sergueï Ryjikov et Andreï Borissenko.

Son arrimage à l'ISS était initialement prévu pour 16 h 43 GMT samedi et devait se faire en régime automatique, selon Roskosmos.

Oleg Novitski, Peggy Whitson et Thomas Pesquet sont partis pour l'ISS le 18 novembre pour passer six mois dans l'espace, le Français devant y effectuer pas moins de 62 expériences pour le compte de l'Agence spatiale européenne (ESA) et du Centre national d'études spatiales (Cnes).

La Russie est désormais la seule à pouvoir envoyer des hommes sur l'ISS.

En avril 2015, la perte d'un vaisseau Progress avait provoqué une profonde crise dans l'industrie spatiale russe, la Russie ayant dû suspendre tous ses vols spatiaux pendant près de trois mois.

Le vaisseau cargo avait perdu contact avec la Terre avant de se consumer dans l'atmosphère. Ce revers, attribué par les Russes à une panne sur la fusée Soyouz, avait aussi obligé un groupe d'astronautes à passer un mois supplémentaire à bord de la station de recherche spatiale.

Les vols habités avaient finalement repris après l'incident.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer