Un océan à la surface de la planète Proxima b, notre petite voisine?

L'impression d'un artiste de ce que serait la... (IMAGE M. Kornmesser, EUROPEAN SOUTHERN OBSERVATORY via AFP)

Agrandir

L'impression d'un artiste de ce que serait la surface de Proxima b qui orbite autour de l'étoile Proxima du Centaure.

IMAGE M. Kornmesser, EUROPEAN SOUTHERN OBSERVATORY via AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Un océan pourrait recouvrir la surface de Proxima b, la planète tapie près de chez nous et dont l'annonce de la découverte avait fait grand bruit en août dernier, ont annoncé jeudi des chercheurs du CNRS et de l'Université d'Aix/Marseille.

La petite Proxima b a été débusquée en orbite autour de l'étoile la plus proche du système solaire, Proxima du Centaure, éloignée de « seulement » 4,2 années-lumière.

La planète est située dans une zone « habitable », permettant la présence d'eau liquide à la surface, condition nécessaire à la vie.

En raison de sa proximité, elle pourrait être la première planète hors de notre système solaire à recevoir la visite d'une sonde, ce qui lui avait valu l'attention générale quand des chercheurs avaient annoncé sa découverte le 24 août.

Proxima b possède une masse proche de celle de la Terre (1,3 fois cette dernière) et tourne autour de son étoile à une distance de 0,05 unité astronomique (soit un dixième de la distance Soleil-Mercure).

Mais à part cela... à quoi ressemble exactement Proxima b ? C'est un mystère.

Une équipe internationale dirigée par des chercheurs du CNRS et de l'Université d'Aix/Marseille ont effectué des simulations qu'ils détaillent dans une étude qui doit prochainement paraître dans la revue scientifique « The Astrophysical Journal Letters ».

Selon les chercheurs, pour que Proxima b soit potentiellement habitable, deux scénarios se détachent :

Si elle est petite - les chercheurs ont évalué que son rayon minimum approcherait les 5990 km - alors elle est très dense.

Son noyau serait métallique et très gros. Il formerait à lui seul les deux tiers de la planète. Le reste serait composé d'un manteau rocheux et pourquoi pas d'un peu d'eau.

« Ce premier cas n'exclut cependant pas la présence d'eau à la surface de la planète, comme sur Terre où la masse d'eau ne dépasse pas 0,05 % de la masse de la planète », précise un communiqué commun du CNRS et de l'Université d'Aix-Marseille.

Proxima b ressemblerait alors un peu à Mercure, la planète de notre système solaire le plus proche de notre soleil.

L'autre scénario possible serait que Proxima b soit plus grande. D'un rayon maximal de 8920 km, elle serait alors composée à 50 % de roches entourées de 50 % d'eau.

Toute cette eau formerait un immense océan, profond de 200 km, qui recouvrirait toute la surface de la planète.

« Dans ces deux cas extrêmes, une fine atmosphère gazeuse pourrait englober la planète, comme sur Terre, rendant Proxima b potentiellement habitable », précise le communiqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer