Juno: pari réussi

Un modèle de la sonde Juno... (AFP)

Agrandir

Un modèle de la sonde Juno

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La sonde américaine Juno a réussi une manoeuvre délicate hier soir, qui lui a permis de se mettre en orbite autour de Jupiter. Ses moteurs se sont allumés pendant 35 minutes pour ralentir sa vitesse de 250 000km/h à moins de 2000km/h, juste avant minuit.

Comme il faut 48 minutes aux signaux radio pour aller de Jupiter à la Terre, la Nasa n'a eu la confirmation du succès de la manoeuvre qu'un peu avant 1h du matin. La salle de contrôle du Jet Propulsion Laboratory de la Nasa en Californie a résonné des cris de célébrations des ingénieurs responsables de la mission. L'allumage des moteurs était déclenché par le pilote automatique et s'il y avait eu un problème, la Nasa aurait eu très peu de temps pour faire quoi que ce soit.

« Bienvenu à Jupiter! » s'est exclamé un commentateur à la conférence de presse où ont été annoncés en direct les résultats, selon le site space.com.

Juno a ensuite réorienté ses trois panneaux solaires, qui font neuf mètres de long, vers le soleil. À cette distance, l'énergie solaire est 25 fois moindre qu'au niveau de la Terre.

« C'est bien la première fois où ça ne me dérange pas d'être pris dans une pièce sans fenêtre le soir du 4 juillet », a dit Scott Bolton, le chef scientifique de Juno, à la conférence de presse. « Quand j'ai vu les résultats de télémétrie, j'ai eu un grand soulagement. La manoeuvre devait être parfaite. Nous avons conquis Jupiter. »

Juno fera deux orbites jusqu'au 19 novembre, quand le moteur principal sera rallumé une dernière fois pour rapprocher encore la sonde de la géante gazeuse. Il y aura ensuite une trentaine d'orbites « scientifiques » de 14 jours, où Juno frôlera parfois les pôles joviens à un peu plus de 4000km.

D'ici là, le plan de mission prévoit les derniers tests des systèmes de Juno et la calibration de ses instruments. Mais les cinq ans qu'a mis la sonde pour arriver à destination ont permis aux astrophysiciens de trouver une manière de glaner dès maintenant des données. « Notre phase scientifique commence officiellement en octobre, mais nous avons réussi à devancer les premiers résultats bien avant cela », a dit M. Bolton.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer