Difficultés pour déployer le premier module gonflable attaché à la Station spatiale

On voit sur cette illustration un module gonflable expérimental... (Illustration Bigelow Aerospace via AP)

Agrandir

On voit sur cette illustration un module gonflable expérimental développé avec la société américaine Bigelow Aerospace.

Illustration Bigelow Aerospace via AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-Louis SANTINI
Agence France-Presse
Washington

La Nasa a rencontré des difficultés jeudi pour déployer le premier module gonflable expérimental, développé avec la société américaine Bigelow Aerospace et qui est amarré à la Station spatiale internationale (ISS), les ingénieurs s'efforçant de comprendre l'origine de ce dysfonctionnement.

« La Nasa et Bigelow Aerospace travaillent étroitement pour déterminer les raisons pour lesquelles le module ne s'est pas entièrement déployé aujourd'hui comme prévu », a indiqué une porte-parole de l'Agence spatiale américaine.

« Les ingénieurs sont en réunion au centre spatial Johnson à Houston pour discuter de la marche à suivre », a-t-elle ajouté, indiquant également le report d'une conférence de presse prévue initialement jeudi matin après le déploiement.

Les efforts pour déployer le « Bigelow Expandable Activity Module » ou BEAM, ont été arrêtés après plusieurs heures de tentative pour faire entrer l'air dans le module, avait précisé auparavant la Nasa, dont la télévision retransmettait en direct la manoeuvre.

Les contrôleurs de vol de la Station à Houston (Texas) ont informé l'astronaute américain Jeff Williams, chargé du déploiement, que le BEAM ne s'était déployé que de quelques centimètres en longueur et en diamètre au moment où il a été décidé de suspendre la manoeuvre.

Le BEAM, d'une masse de 1,4 tonne, a été acheminé à l'avant-poste orbital par le vaisseau de fret non habité Dragon, de la société SpaceX, le 10 avril.

Il avait été amarré à l'ISS quelques jours après à l'aide du bras télémanipulateur de la Station.

Une ferme dans l'espace

Le grand avantage de ce module réside dans le fait qu'il prend nettement moins d'espace qu'une construction classique avant son déploiement: dégonflé il peut entrer dans un cylindre de 1,7 mètre de longueur sur 2,3m de diamètre.

Une fois déployé, il multiplie son volume par 4,5 en se gonflant d'air respirable procurant un espace de 16m3, soit l'équivalent d'une petite chambre.

Cette capsule gonflable fait de Kevlar, un thermoplastique extrêmement résistant et qui se déploie grâce à des réservoirs d'air interne, est fondée sur des concepts inventés par la Nasa dans les années 1990 et développés ensuite par la firme créée il y 15 ans par l'homme d'affaires Robert Bigelow.

Il a déjà mis sur orbite deux modules gonflables non habités en 2006 et 2007. En 2013, il a conclu un contrat de 17,8 millions de dollars avec la Nasa pour construire le BEAM afin de tester ces habitats spatiaux plus légers.

Une ferme dans l'espace, un centre médical, un laboratoire ou une habitation: Robert Bigelow a indiqué en avril dernier que ce module pouvait avoir de multiples usages. « Nous n'en sommes qu'aux tous premiers stades de ce nouveau type de vaisseau spatial très prometteur », avait-il dit alors.

Ce test permettra aux scientifiques et ingénieurs d'évaluer les performance du module et plus particulièrement de déterminer s'il peut offrir une protection contre les radiations solaires et cosmiques ainsi que contre les micrométéorites et autres débris spatiaux et des températures extrêmes.

Les astronautes actuellement dans la Station spatiale devraient en principe entrer dans le module déployé début juin et y revenir plusieurs fois par an pendant la période de deux ans prévue pour cette expérience.

Ils relèveront les données et mesures recueillies par les capteurs se trouvant à l'intérieur du BEAM et évalueront aussi régulièrement l'état du module.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer