Solar Impulse a besoin de 20 millions d'euros pour boucler son tour du monde

Solar Impulse est actuellement immobilisé dans un hangar... (Photo Marco Garcia, archives AP)

Agrandir

Solar Impulse est actuellement immobilisé dans un hangar très surveillé de l'université d'Hawaï, à mi-parcours de son tour du monde.

Photo Marco Garcia, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
GENÈVE

L'avion solaire Solar Impulse a besoin de 20 millions d'euros supplémentaires pour boucler son tour du monde historique, actuellement suspendu en raison de dommages subis par les batteries, a-t-on appris mardi auprès de son service de presse.

Ces 20 millions d'euros sont une «première estimation», a déclaré Bertrand Piccard, l'un des deux pilotes suisses de l'avion, dans une interview au journal anglais The Guardian.

Cette somme est destinée à couvrir les salaires de 150 personnes ainsi que la logistique et le matériel pour une année supplémentaire, a précisé à l'AFP le service de presse de Solar Impulse.

Solar Impulse est actuellement immobilisé dans un hangar très surveillé de l'université d'Hawaï, à mi-parcours de son tour du monde. Il ne devrait redécoller qu'en avril prochain, le temps de réparer ses batteries qui ont subi des dommages très importants lors du vol entre Nagoya (Japon) et Hawaï, un périple record de 5 jours et 5 nuits.

Avant l'avarie d'Hawaï, le tour du monde de Solar Impulse, qui avait commencé en mars dernier à Abu Dhabi, devait se terminer début août.

L'équipe de Solar Impulse a calculé un budget annuel de 20 millions d'euros pour 2015 et, désormais autant pour 2016, pour couvrir le coût de cette épopée.

Ce budget est financé par des commanditaires ainsi que par des mécènes privés.

«Je crois que le succès de la première partie du projet était tel qu'il ne sera pas difficile de trouver l'argent», estime Bertrand Piccard qui, ainsi que l'autre pilote André Borschberg, est rentré en Europe.

L'équipe porte désormais un badge sur lequel il est écrit: «See you in 2016».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer