Solar Impulse: décollage de Nagoya annulé à cause de la météo

La fragilité de l'appareil interdit de décoller à... (Photo Thomas Peter, Reuters)

Agrandir

La fragilité de l'appareil interdit de décoller à tout moment du jour ou de la nuit.

Photo Thomas Peter, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
NAGOYA

Les organisateurs du projet Solar Impulse 2 ont annulé le décollage de cet avion solaire dans la nuit de mardi à mercredi au départ du Japon vers Hawaï en raison de conditions météo défavorables.

L'appareil, bloqué à l'aéroport de Nagoya (centre) depuis le 2 juin, devait s'envoler mercredi à 02H30 locales, mais le temps a changé et a rendu ce plan caduc, ont-ils expliqué après avoir hésité pendant 90 minutes.

«Le couloir que nous voulions prendre est fermé», a indiqué sur internet Bertrand Piccard, l'un des deux pilotes en alternance avec André Borschberg qui devait être lui aux commandes cette fois à Nagoya.

«Nous avions pris la décision de décoller, même si tout le monde n'était pas enthousiaste», a-t-il précisé.

«Nous tentons de trouver un moyen d'y arriver, mais il est raisonnable de ne pas dépasser certaines limites», a commenté M. Borschberg après l'annulation. «Le temps est si instable au-dessus du Pacifique», a-t-il ajouté.

«Il est extrêmement compliqué de prévoir la météo à un horizon de 5 jours», a souligné un autre membre de l'équipe sur le canal vidéo en ligne.

«Nous sommes très déçus et désolés pour tous ceux qui suivent le projet», a avoué Bertrand Piccard.

La fragilité de l'appareil interdit de décoller à tout moment du jour ou de la nuit.

«Si nous différons le départ ne serait-ce que de deux ou trois heures, le jour se lève et le temps devient trop venteux et trop chaud, et c'est trop tard pour décoller, l'avion risque d'être abîmé s'il n'est pas mis à l'abri dans son hangar mobile», a encore précisé M. Piccard.

Les organisateurs prévoient de continuer à suivre la météorologie et d'établir des prévisions dans la perspective de quitter le Japon au plus vite, mais le pilote pour ce vol, André Borschberg, 62 ans, a indiqué la semaine dernière qu'ils étaient prêts à patienter deux mois si nécessaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer