La sonde Rosetta s'est fait des frayeurs en survolant de près la comète Tchouri

Rosetta l'a échappé belle: la sonde européenne a rencontré de sérieuses... (PHOTO C. CARREAU / MEDIALAB, AFP)

Agrandir

PHOTO C. CARREAU / MEDIALAB, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascale MOLLARD-CHENEBENOIT
Agence France-Presse
Paris

Rosetta l'a échappé belle: la sonde européenne a rencontré de sérieuses difficultés de navigation en survolant de très près «Tchouri» samedi, mais elle s'en est bien sortie et se tient désormais à distance respectueuse de la comète.

«Rosetta n'est pas près de revenir si près de la comète», a déclaré jeudi à l'AFP Sylvain Lodiot, responsable des opérations de la sonde à l'ESOC (Centre européen d'opérations spatiales) à Darmstadt (Allemagne).

Plus elle s'approche de la comète Tchourioumov-Guérassimenko lancée dans une course vers le soleil, plus la sonde, qui est munie de grands panneaux solaires, rencontre des traînées de gaz et de poussières.

Samedi 28 mars, en survolant la comète à 14 km seulement de la surface, Rosetta a «expérimenté des difficultés significatives de navigation», selon l'Agence spatiale européenne (ESA).

«Les problèmes ont commencé samedi matin et cela s'est terminé dimanche soir. C'était assez violent», a expliqué Sylvain Lodiot.

Quand la sonde s'est approchée de la comète 67/P, ses deux capteurs d'étoiles, qui lui permettent de s'orienter, se sont mis à mal fonctionner, car ils étaient perturbés par les nombreuses poussières environnantes, raconte Sylvain Lodiot qui était en première ligne ce matin-là. «Les capteurs ne voyaient plus rien» et prenaient des débris de la comète pour des étoiles, ce qui faussait tout.

Les ingénieurs de l'ESA avaient déjà observé ce type de problème le 14 février lors d'un passage de Rosetta à 6 km seulement de la surface de «Tchouri».

Ils ont donc choisi de désactiver les capteurs, juste pour le survol.

Mais ensuite, lorsqu'ils ont voulu les réactiver, les capteurs, indispensables à une bonne navigation de la sonde, ont refusé de se rallumer.

«Pendant toute la nuit de samedi à dimanche, nous avons fait des tentatives très régulièrement» pour les faire redémarrer, poursuit le jeune Français.

L'antenne directionnelle de Rosetta a commencé à ne plus pointer la Terre, ce qui a eu un impact sur les communications.

Refaire le plan de vol

«Dimanche matin, nous étions en train de perdre le signal avec Rosetta. Je le voyais disparaître peu à peu. C'était dramatique», déclare M. Lodiot.

La sonde a alors basculé en mode sécurité (safe mode) pendant un moment. Tous les instruments étaient éteints, la priorité étant de sauver le vaisseau et de garder le contact avec la Terre.

«Heureusement, les capteurs se sont remis à marcher lorsque la sonde s'est retrouvée à 75 km de la comète.»

Lundi, Rosetta était repassée en mode normal. «La sonde a réussi à récupérer, mais il lui faudra un peu plus de temps pour reprendre ses activités scientifiques normales», souligne l'ESA.

Elle se trouvait prudemment à 400 km de la comète mercredi.

«Merci pour vos gentils messages», a dit jeudi Rosetta, sur son compte Twitter animé par l'ESA. «Je me sens beaucoup mieux et j'espère reprendre mes activités normales bientôt», a-t-elle ajouté pour rassurer ses nombreux abonnés.

«Le vaisseau est en parfait état. Il n'a pas été dégradé», selon M. Lodiot. «On devrait retourner à 100 km de la comète.»

Les équipes de Rosetta vont devoir refaire tout le plan de vol de la sonde. «C'est plusieurs mois de travail à la poubelle», relève M. Lodiot. La planification scientifique doit aussi être revue.

Rosetta a voyagé pendant dix ans avant de rencontrer la comète 67/P et de larguer le robot Philae dessus à la mi-novembre. Pour le moment celui-ci est assoupi, mais l'ESA espère qu'il finira par se réveiller.

La comète se trouve actuellement à plus de 420 millions de km de la Terre et à 293 millions de km du Soleil.

L'activité de la comète devrait encore augmenter au cours des prochains mois alors qu'elle se rapproche de sa «périhélie» le 13 août. Il s'agit du point le plus proche du Soleil sur l'orbite de la comète.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer