Nouveau report du lancement d'un satellite de mesure de l'humidité des sols

Le satellite, qui est doté de deux instruments,... (PHOTO BILL INGALLS, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Le satellite, qui est doté de deux instruments, un radiomètre et un radar, doit effectuer des mesures très précises de l'eau et de la glace contenue dans les sols.

PHOTO BILL INGALLS, AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Miami

L'agence spatiale américaine (NASA) a reporté à samedi le lancement initialement prévu jeudi du premier satellite de mesure de l'humidité des sols sur Terre pour y apporter des «réparations mineures» avant le décollage, a annoncé l'agence vendredi.

Le lancement de la fusée Delta 2 de la société United Launch Alliance transportant le satellite SMAP, qui doit permettre de mieux prédire les sécheresses et les inondations, avait déjà été reporté jeudi en raison de vents violents.

«Le lancement du satellite SMAP de la NASA, qui va produire des cartes de l'humidité des sols dans la plus haute résolution jamais obtenue depuis l'espace, a été retardé jusqu'au 31 janvier», a annoncé la NASA sur son site internet.

L'agence spatiale américaine a ajouté que des défauts avaient été repérés dans la pompe d'isolation de la fusée, nécessitant une réparation avant le lancement qui devrait avoir lieu samedi à 9H20.

Le satellite, qui est doté de deux instruments, un radiomètre et un radar, doit effectuer des mesures très précises de l'eau et de la glace contenue dans les sols.

Il devrait notamment aider à prévenir les événements météorologiques les plus extrêmes tels que les ouragans ou les tsunamis.

Cette mission permettra d'établir une carte d'une résolution sans précédent de l'humidité à la surface de la Terre au moins tous les deux à trois jours.

Le degré hygrométrique des sols, comme celui de l'air, joue un rôle important dans les prévisions météorologiques et dans la compréhension des cycles de l'eau ainsi que de la dynamique du changement climatique, expliquent les scientifiques de la NASA.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer