Un astéroïde de 500 mètres de largeur a frôlé la Terre

Un astéroïde de la taille de deux bateaux de croisière, soit le plus gros objet... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-Louis Santini
Agence France-Presse
Washington

Un astéroïde de la taille de deux bateaux de croisière, soit le plus gros objet céleste à passer aussi près de notre planète, a frôlé lundi la Terre sans toutefois présenter de risque, a annoncé l'agence spatiale américaine (NASA).

Cet astéroïde d'un demi-kilomètre de largeur, baptisé 2004 BL86, a croisé la Terre au plus près à 11h19 à 1,2 million de kilomètres, soit une distance représentant trois fois celle séparant notre planète de la Lune.

Son prochain passage près de la planète bleue se produira dans 200 ans sans risque non plus de collision.

«Cet astéroïde ne représente aucune menace pour la Terre dans le futur, mais étant donné qu'il s'approchera relativement près, il donnera une occasion unique d'observer un objet de cette taille et d'apprendre davantage», a expliqué Don Yeomans, directeur du bureau de la Nasa au Jet Propulsion Laboratory (JPL) qui traque les objets dont les orbites passent près de notre planète, le «Near Earth Object Program Office» (NEO).

«Nous ne savons presque rien de cet astéroïde ce qui fait que nous pourrions avoir des surprises», a ajouté Lance Benner, un scientifique du JPL responsable des observations de cet astéroïde avec le radar Goldstone situé dans le désert des Mojaves en Californie.

«Quand nous recevrons les données du radar un jour après son survol de la Terre, nous aurons alors les premières images détaillées», a-t-il expliqué dans un communiqué.

Cet astéroïde a été découvert le 30 janvier 2004 par le télescope de Lincoln Near-Earth Asteroid Research (LINEAR) situé à White Sands au Nouveau-Mexique (sud-ouest).

Prochain astéroïde aussi gros en 2027

Les astronomes amateurs munis de petits télescopes et de jumelles suffisamment puissantes pourraient l'observer ce soir si le temps est clair, selon les scientifiques du JPL.

Le prochain objet céleste aussi volumineux à s'approcher aussi près de notre planète, appelé 1999 AN10, est attendu en 2027, précise le JPL.

La grande majorité des astéroïdes survolant la Terre sont de plus petite taille avec un diamètre variant de quinze à trente mètres.

Un objet de 30 mètres de diamètre était passé à 348 000 km de notre planète, soit moins que la distance Terre-Lune, le 5 mars 2014 sans pour cela présenter de danger.

Le programme «Near-Earth Object Observations» de la NASA détecte, traque, décrit et répertorie les astéroïdes et les comètes à l'aide d'une flotte de télescopes au sol et dans l'espace. C'est eux qui évaluent le risque potentiel pour la Terre.

Résidus de la formation du système solaire, de nombreux astéroïdes de différentes tailles circulent dans le voisinage terrestre.

La Nasa a déjà identifié 95% des plus gros parmi ces objets célestes --ceux qui mesurent plus d'un kilomètre de diamètre--, dont un avait provoqué l'extinction des dinosaures il y a 65 millions d'années en s'écrasant sur la Terre.

Les scientifiques soulignent qu'une collision avec un de ces grands objets est très rare et aucun de ceux déjà détectés ne présente un risque dans le futur prévisible.

Si les gros astéroïdes sont facilement repérables, il n'en est pas de même pour tous les autres plus petits et beaucoup plus nombreux.

Le Congrès américain avait demandé à la NASA en 2005 de trouver tous les astéroïdes de plus de 140 mètres de diamètre capables d'anéantir une grande agglomération.

Selon la NASA, il y a probablement 25 000 astéroïdes d'au moins 100 mètres de diamètre sur des orbites croisant proches de notre planète.

Une météorite de 18 mètres de diamètre que personne n'avait vue venir a explosé en février 2013 à 23 000 mètres au-dessus de Tcheliabinsk, en Russie, avec une puissance équivalente à 30 bombes atomiques, soufflant les vitres des habitations, endommageant des immeubles et blessant plus d'un millier de personnes.

Un rapport de l'inspecteur général de la NASA publié en septembre dernier jugeait insuffisants les efforts de l'agence pour traquer ces astéroïdes potentiellement dangereux et élaborer des stratégies de protection.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer