Fusée SpaceX: décollage vers la Station spatiale repoussé

SpaceX devait profiter de ce lancement pour tenter... (Photo Scott Audette, Reuters)

Agrandir

SpaceX devait profiter de ce lancement pour tenter une autre expérience: faire atterrir la fusée sur une plate-forme située dans l'océan Atlantique, à environ 300 kilomètres au large de Cap Canaveral.

Photo Scott Audette, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Le lancement de la capsule Dragon de la société américaine SpaceX pour sa 5e mission d'approvisionnement de la Station spatiale internationale (ISS) a été reporté tôt mardi moins de deux minutes avant l'heure prévue du décollage, selon la retransmission en direct du lancement par la télévision de la Nasa.

«Le compte à rebours est terminé pour aujourd'hui», en raison d'un problème technique dans le second étage de la fusée, a dit le commentateur précisant que la prochaine tentative ne pourrait pas avoir lieu depuis la base aérienne de Cap Canaveral en Floride avant vendredi matin à 5h09 heures locales.

Cette mission vers l'ISS revêt une importance particulière puisque SpaceX doit tenter une première en essayant de faire poser le premier étage de sa fusée sur une barge dans l'Atlantique après le lancement.

Une fois séparé du reste du lanceur, le premier étage rallumera ses moteurs en rétropropulsion à trois reprises pour effectuer un retour dans l'atmosphère en freinant sa descente d'une centaine de kilomètres, qui sera guidée par les ailerons de la fusée.

L'atterrissage d'une précision de dix mètres, dont les chances de réussite sont selon le patron de SpaceX Ellon Musk très incertaines, devrait s'effectuer sur une plateforme flottant à 322 km au nord-est de Cap Canaveral.

«Contrôler le premier étage de Falcon qui mesure l'équivalent d'un immeuble de 14 étages et avance à 2,092 km par seconde revient à essayer de maîtriser un manche à balai posé sur la paume de la main en pleine tempête», soulignait la firme de Californie dans un communiqué le mois dernier.

«Notre objectif est d'effectuer le plus de lancements possible tout en réduisant fortement les coûts (...) ce qui aurait un impact énorme sur le secteur du lancement», a dit lundi soir lors d'une conférence de presse Hans Koenigsmann, le directeur de la mission à SpaceX.

SpaceX travaille depuis deux ans au développement de technologies permettant de récupérer le premier étage de son lanceur afin de réduire les coûts de lancement. Elle est déjà parvenue à deux reprises l'an dernier à faire redescendre le premier étage pour un amerrissage en douceur, mais avec une précision de dix kilomètres.

Cet essai sera le premier d'une série visant à mettre au point un premier étage de Falcon 9 entièrement réutilisable. L'idée est de pouvoir un jour le faire revenir se poser à proximité du site de lancement, précise la société qui envisage aussi de récupérer le second étage à plus long terme.

Il s'agit du deuxième report de ce lancement de Dragon qui était initialement prévu en décembre, mais avait été repoussé en raison d'anomalies lors de tests effectués sur Falcon 9 sur le pas de tir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer